DIRECT. Accords, "front républicain" : suivez les dernières infos au lendemain du premier tour des municipales

Les résultats définitifs du premier tour sont désormais connus dans toutes les villes de France. 

Des isoloirs à Nantes (Loire-Atlantique), en 2012.
Des isoloirs à Nantes (Loire-Atlantique), en 2012. (ALAIN LE BOT / PHOTONONSTOP)
Ce qu'il faut savoir

La France a voté. Le premier tour des élections municipales, qui s'est déroulé dimanche 23 mars, est officiellement clos. Suivez en direct sur notre site l'analyse des résultats et les débuts des tractations de l'entre-deux tours.

Poussée du Front national, claque pour le Parti socialiste, bons scores pour l'UMP : tout ce qu'il faut retenir des résultats

A Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet arrive légèrement en tête. A Marseille, le PS arrive en troisième position derrière l'UMP et le FN. A Lyon, Gérard Collomb perd des points par rapport à 2008. A Bordeaux, Alain Juppé est réélu au premier tour. A Pau, François Bayrou arrive en tête. A Toulouse, l'UMP prend la première place. A Lille, Martine Aubry perd du terrain. 

Soupçons de fraude, bagarre entre candidats, urne forcée, journalistes expulsés : la journée a été émaillée de quelques incidents

Vous pouvez également revivre les moments de la soirée électorale

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MUNICIPALES

23h57 :  Le recours du FN contre la liste de François Bayrou à Pau a été rejeté, indique France 3 Aquitaine. Le parti frontiste avait repéré une anomalie dans les noms inscrits sur la liste "Aimons Pau" du leader du MoDem.

23h18 : "Le Festival d'Avignon ne lui appartient pas. Moi, je ne lui donne pas de conseils de mise en scène, à chacun son métier." 

 Le candidat FN à Avignon répond au directeur du festival de théâtre, Olivier Py, qui ne voit "aucune autre solution" que de changer de ville si le FN l'emporte au second tour. "On continuera à soutenir le festival d'Avignon", promet Philippe Lottiaux.

23h11 :  Roubaix a enregistré le taux de participation le plus faible de France, avec une abstention de 61,58%. France 3 est allé dans le Nord, où certains habitants "s'en tamponnent le coquillart des élections en ce moment avec ce qui se passe là", notamment à La Redoute. 

(OLIVIER PONCELET et MICHEL ANGLADE - FRANCE 3)

23h07 :  Une très forte majorité de Français (79%) pense que François Hollande devrait remanier le gouvernement ou même changer de Premier ministre (69%) après les municipales, selon un sondage BVA réalisé hier.

23h17 :  Premier tour, J+1. Pour analyser les résultats, Yves Calvi reçoit, sur le plateau de "Mots croisés", Frédéric Lefebvre (UMP), Nicolas Bay (FN), Laurence Rossignol (PS) et Pierre Laurent (PCF). L'émission intitulée "La sanction... jusqu'où ?" est à suivre sur France 2 ou par ici sur notre site, dès maintenant.

22h26 :  Le FN perce dans ses bastions traditionnels du Sud-Est, du Nord et de l'Est, mais aussi dans des régions qui lui étaient jusque là hermétiques. France 2 tente d'expliquer cette poussée du FN.



(GUILLAUME DARET et ALAIN LOCASCIO - FRANCE 2)

22h20 : @anonyme : Arrivé en tête, l'écologiste Eric Piolle a proposé au PS, dont la liste "Aimer Grenoble" est arrivée deuxième, une "liste d'union". Pour autant, il reste du travail avant un éventuel accord, comme le note une journaliste du site local GreNews, ce soir, sur Twitter.

22h20 :  Bonsoir, y a t'il des nouvelles des tractations entre écolos et PS à Grenoble ?

22h08 : Il est 22 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :  
 •  La Malaisie annonce que l'avion disparu s'est écrasé dans le sud de l'océan Indien et qu'il n'y a "aucun survivant". Sur le terrain, les opérations de recherches de débris se poursuivent.      



•  L'heure est aux tractations pour le second tour. Le PS menace de ne pas investir ses candidats qui ne feraient pas barrage au FN, tandis que l'UMP est fidèle à sa stratégie du "ni ni". Tour d'horizon des positions des partis


•  La CFDT annonce qu'elle va finalement signer l'accord sur le plan social. Le groupe évite la liquidation judiciaire mais plus de 1 000 salariés se préparent à perdre leur emploi. Voici ce qu'il faut savoir sur ce dossier.




• Les pays du G7 décident de priver la Russie de G8, lors d'une réunion d'urgence, à La Haye (Pays-Bas). Le G8 prévu à Sotchi est remplacé par un G7 à Bruxelles, en juin.

21h55 : "Je rejette, à égalité, le Parti socialiste, qui abîme tant la France, et le Front national, qui ne propose aucune solution crédible."





 Guillaume Peltier assume jusqu'au bout la stratégie du "ni ni", en affirmant que le PS et le FN "se valent". Voici notre article.

21h44 :  "Nous allons prouver que, lorsque l'on fait une promesse, on la respecte." Sur le plateau du 20 heures de France 2, Marine Le Pen a confirmé l'engagement du FN sur une baisse des impôts dans les villes que le parti remporterait.

21h35 :  Bien qu'arrivé troisième, le candidat socialiste à Béziers refuse de se retirer pour faire barrage au FN. Il n'est pas le seul et cette situation sème le trouble au PS. Découvrez l'article de notre journaliste Ilan Caro sur le sujet.

21h31 :  Il s'expose à une non-investiture du PS. Le candidat socialiste à la mairie de Béziers, Jean-Michel Du Plaa, a décidé de se maintenir, selon BFMTV. Il refuse de rallier le candidat UMP Elie Aboud, arrivé second derrière Robert Ménard, soutenu par le FN.

20h32 :  Invitée du journal de 20 heures de France 2, la présidente du FN Marine Le Pen évoque des accords "exceptionnels" avec d'autres partis, peu nombreux, qui seront annoncés demain.

21h27 : "L'écologie à Paris, c'est comme l'écologie au gouvernement : on échange des postes, on s'arrange dans une espèce de petit entre soi du milieu politique, mais sur le fond, sur les convictions, sur l'action, rien." 

Pour NKM, les accords entre PS et écologistes à Paris sont "de la tambouille politique".

(FRANCE 2)

22h08 : Voici un nouveau point sur l'actualité :   


•  La Malaisie annonce que l'avion disparu s'est écrasé dans le sud de l'océan Indien et qu'il n'y a "aucun survivant". Sur le terrain, les opérations de recherches de débris se poursuivent.      

•  L'heure est aux tractations pour le second tour. Le PS menace de ne pas investir ses candidats qui ne feraient pas barrage au FN tandis que l'UMP est fidèle à sa stratégie du "ni ni". Tour d'horizon des positions des partis


•  La CFDT annonce qu'elle va finalement signer l'accord sur le plan social. Le groupe évite la liquidation judiciaire mais plus de 1 000 salariés se préparent à perdre leur emploi. Voici ce qu'il faut savoir sur ce dossier.





• Un homme a été tué et un autre blessé lors d'une fusillade sur l'autoroute A7, entre Avignon et Marseille. La victime venait de sortir de prison, après une condamnation dans une affaire de stupéfiants.

19h54 :  Une majorité de sympathisants UMP et FN est favorable à des accords locaux entre les deux partis, selon un sondage Ifop pour Atlantico. Les états majors des deux partis, eux, refusent cette éventualité.

19h28 :  Marie-Claire Restoux, David Ginola, Bruno Rodriguez, Guy Lacombe... Plusieurs anciens sportifs étaient présents sur les listes du premier tour. Avec plus ou moins de succès, comme le constaté notre journaliste Pierre Godon dans cet article.
 (ERIC FEFERBERG / AFP)

19h21 :  Un bureau national exceptionnel du PS s'est tenu, cet après-midi, à Paris, au lendemain de la débâcle du premier tour. "Il faut se ressaisir, le remaniement n'a de sens que s'il y a une vraie réorientation politique, a indiqué à francetv info l'un des participants. On arrête de relativiser l'échec."

19h11 :  Le chef de file du PS marseillais, Patrick Mennucci, et le patron local du Front de gauche, Jean-Marc Coppola, annoncent le "rassemblement" de leurs listes pour "faire barrage" au FN. Patrick Mennucci invite aussi Pape Diouf à rejoindre sa liste.

19h01 :  L'UMP réitère son refus du "front républicain" pour barrer la route au Front national au second tour. Voici Jean-François Copé répétant sa doctrine du "ni ni" et menaçant d'exclure "tous ceux qui seraient tentés de faire des alliances ou des désistements en faveur du Front national".



(France 2)

18h50 :  @anonyme : Rien n'est encore perdu pour la candidate UMP à Paris mais la partie s'annonce très difficile. Nos confrères de Slate viennent de publier un article sur la question. Selon eux, NKM doit, pour s'imposer, progresser dans cinq arrondissements et espérer une bascule dans quatre autres.

18h49 :  Nathalie Kosciuzko-Morizet peut elle encore créer la surprise au second tour ? Compte tenu de l'accord PS-EELV, quelles sont ses réserves de voix ?

18h37 :  Les listes qui ne se retireront pas en cas de menace du Front national n'auront pas l'investiture du Parti socialiste pour le second tour, dimanche, prévient le porte-parole du PS, David Assouline.

18h13 :  A Reims, le FN arbitrera le second tour et le PS pourrait perdre. Le candidat du parti de Marine Le Pen s'est qualifié pour le second tour avec 16,01% (en progression de près de 12 points par rapport à 2008).

(BEATRICE GELOT - FRANCE 3)

18h08 : Il est 18 heures, voici l'essentiel de l'actualité :

•  Les tractations pour le second tour se poursuivent. A Paris, socialistes et écologistes sont parvenus à un accord. Le premier secrétaire du PS Harlem Désir annonce le retrait de la liste socialiste à Saint-Gilles (Gard). Une décision qui ne va pas de soi dans toutes les villes où le FN menace de gagner. Explications.


•  Le Premier ministre malaisien annonce que l'avion s'est abîmé dans le sud de l'océan Indien. Il n'y a vraisemblablement "aucun survivant". Dans le même temps, un navire est parti récupérer des débris dans le sud de l'océan Indien. Il s'agit peut-être de restes du Boeing disparu depuis quinze jours.


•  Soulagement. La CFDT annonce qu'elle va signer l'accord sur le plan social. Cela permet de valider le plan d'accompagnement de la cession, et le groupe évite ainsi le tribunal de commerce.


•  Les forces russes ont pris d'assaut une base militaire ukrainienne à Féodossia, en Crimée, ce matin à l'aube.

18h02 :  Le Front national a d'ores et déjà gagné 472 conseillers municipaux, et sera présent dans 315 villes au second tour. Le parti réalise des scores au-delà de ses espérances. Comment expliquer une telle poussée du FN ? Notre journaliste Violaine Jaussent liste des éléments de réponse.


(MIGUEL MEDINA / AFP)

17h48 :  A Paris, les négociations entre le PS et le Front de gauche, pour le second tour, n'ont pas eu lieu dans les meilleures conditions. Une candidate de la coalition codirigée par Jean-Luc Mélenchon partage sur Twitter une photo du lieu où les discussions se sont tenues.

17h33 :  A Saint-Etienne, comme à Paris, socialistes et écologistes trouvent un accord, rapporte France Bleu Saint-Etienne sur Twitter.

17h29 : "Nous ne ferons pas d'alliance avec la gauche, le PS allié du Front de gauche (...) Nous ne ferons pas d'alliance avec le Front national."


 Le président de l'UMP tient une conférence et ne change pas de ligne : il maintient le "ni-ni".

17h07 :  La victoire du FN à Hénin-Beaumont dès le premier tour a quelque chose de surprenant car cette ville vote habituellement à gauche. Comment expliquer ce succès ? Notre journaliste Julie Rasplus analyse les dessous de cette élection.


(DENIS CHARLET / AFP)

16h48 : "A écouter l'ahurissante allocution du Premier ministre hier soir, commentant les résultats comme on commente les chiffres du chômage, parlant de 'doute' ou d''inquiétude' là où il y a colère, et incapable de tenir un discours mobilisateur, je l'avoue : je m'inquiète."
 L'ancien chef de cabinet de François Mitterrand affiche ne cache pas ses craintes après la contre-performance du PS lors du premier tour.

16h55 :  A Hénin-Beaumont, le candidat FN, Steeve Briois, a été élu dès le premier tour. En réaction, un rassemblement antiraciste se tient devant la mairie de la ville avec une banderole "#2014Fraternité".

(GRANDOUILLER PIERRICK / FRANCE 3)

16h17 :  A Béziers, Robert Ménard, soutenu par le FN, est arrivé en tête du premier tour avec 44,88% des voix. Il appelle le candidat socialiste à une fusion pour définitivement gagner la mairie dimanche prochain. Mais ce dernier refuse.


(ANNE DOMY ET SYLVAIN DAUBA - FRANCE 2)

16h02 : Il est 16 heures, faisons un nouveau point sur l'actu :

•  Les tractations pour le second tour sont en cours partout en France. A Paris, socialistes et écologistes sont parvenus à un accord. Le premier secrétaire du PS Harlem Désir annonce le retrait de la liste socialiste à Saint-Gilles (Gard). Une décision qui ne va pas de soi dans toutes les villes où le FN menace de gagner. Explications.


• Le Premier ministre malaisien annonce que l'avion s'est abîmé dans le sud de l'océan Indien. La Malaysia Airlines considère maintenant qu'il n'y a vraisemblablement "aucun survivant".


•  Soulagement. La CFDT annonce qu'elle va signer l'accord sur le plan social. Cela permet de valider le plan d'accompagnement de la cession, et le groupe évite ainsi le tribunal de commerce.


•  Les forces russes ont pris d'assaut une base militaire ukrainienne à Féodossia, en Crimée, ce matin à l'aube.

15h51 :  Alors que les tractations sont en cours, quelles sont les consignes données par les différents dirigeants politiques en vue du second tour ? Nous détaillons les différentes prises de position dans cet article.


(JEFF PACHOUD / AFP)

15h40 :  Traditionnellement, la Seine-Saint-Denis penche plutôt à gauche. Mais la droite a réalisé une poussée surprise dans de nombreuses villes du département. Les détails dans notre article.

15h28 :  Pour expliquer le faible score du socialiste Patrick Mennucci à Marseille, les pistes sont multiples. Le principal intéressé parle de la division de la gauche, et de l'impopularité du gouvernement socialiste. Le maire sortant (UMP) Jean-Claude Gaudin pointe un vote sanction. Le candidat FN évoque les "affaires" chez les socialistes.


(HELENE HUG ET GUILLAUME BEAUFILS - FRANCE 2)

15h18 :  A Saint-Gilles, première commune de France à avoir élu un maire Front national en 1989, l'histoire pourrait bien se répéter. Le médiatique Gilbert Collard est arrivé en tête au premier tour. Hier, soir, l'avocat et député du Rassemblement bleu Marine a obtenu 42,57 % des suffrages. Ce matin, il savourait son avance.


(FLORENCE TRINTIGNAC ET LAURE LINOT - FRANCE 3)

14h51 :  Alain Juppé a été réélu à la mairie de Bordeaux dès le premier tour avec 60,95% des voix. L'ancien Premier ministre s'est ouvert un boulevard pour être le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle de 2017. Mais "son principal obstacle, c'est lui-même"explique le politologue Thomas Guénolé à notre journaliste Salomé Legrand.


(SERGE POUZET / SIPA)

14h40 : "S'abstenir, c'est laisser les autres choisir à votre place."


 La porte-parole du gouvernement exhorte les abstentionnistes de gauche à se mobiliser pour le second tour. "On a, à gauche, un socialisme municipal qui a fait ses preuves", insiste-t-elle. Hier, l'abstention a battu un nouveau record : 38,25% des électeurs ne sont pas allés voter.

14h35 :  Ils auraient voulu qu'il y aille en scooter !!!!! Il ne faudrait pas exagérer non plus.

14h35 :  Il faudrait peut-être lui dire que le vote par procuration existe... Il suffit de se rendre au commissariat, à la gendarmerie, au tribunal d'instance ou auprès des autorités consulaires.

14h34 :  Le prix d'une procuration pour les concitoyens : trois fois rien.Le prix d'un trajet : 9 200 euros.Pour tout le reste, il y a vos pigeons de contribuables.

14h34 :  Dans les commentaires, vous êtes toujours très nombreux à réagir en apprenant que le déplacement en Falcon de François Hollande pour aller voter à Tulle (Corrèze) a coûté près de 9 200 euros. Certains prennent la défense du président.

14h33 : A Marseille, Paris, Hénin-Beaumont et bien d'autres villes, les résultats du premier tour sont bien différents de ce qu'avaient prévu les sondeurs. Pour expliquer ces écarts, L'Express trouve quatre erreurs et "un gros problème d'interprétation".