Cet article date de plus de deux ans.

Info franceinfo Législatives 2022 : Emmanuel Macron "valide tout" et passe au crible les investitures LREM

Après sa réélection, Emmanuel Macron s'est pleinement consacré aux législatives de juin prochain. Il a examiné une à une les investitures En Marche avant de les valider, a appris franceinfo mardi. 

Article rédigé par Yannick Falt
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le président français Emmanuel Macron après sa visite à l'hôpital militaire de Percy à Clamart, France, le 28 avril 2022. (CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL)

Neuf jours après la réélection d'Emmanuel Macron dimanche 24 avril, il n'y a toujours pas de cérémonie d'investiture prévue, ni de nouveau gouvernement, mardi 3 mai. Mais, selon les informations de franceinfo, le chef de l'État se consacre pleinement aux législatives du 12 et 19 juin. Il est devenu "super directeur de campagne" et valide une à une les investitures de députés.

>> Législatives : suivez l’actualité des élections

Un rendez-vous illustre à lui seul l'implication du Président réélu : un dîner-marathon dimanche soir à l'Elysée, plus de sept heures de discussions jusqu'à 2h30 du matin. Pour passer les investitures au crible, Emmanuel Macron travaille "papier et crayon en main", sourit un conseiller. "Il valide tout", ajoute un autre, "chaque ligne" dans les tableaux Excel recensant les 577 circonscriptions.

Première vague d'investitures annoncée cette semaine

Mardi 26 avril, Emmanuel Macron avait déjà déjeuné à l'Élysée avec notamment Richard Ferrand, le Président de l'Assemblée, Christophe Castaner, le chef de file des députés marcheurs, Stanislas Guérini, le délégué général du parti et Alexis Kohler, l'incontournable secrétaire général du palais présidentiel. L'objectif du président de la République est d'annoncer une première vague d'investitures cette semaine sous une bannière commune "Avec vous".

Les cas litigieux, eux, seront tranchés plus tard, notamment avec "Horizons", le mouvement d'Edouard Philippe. Comme le dit un dirigeant de la majorité dans un "en même temps" très macroniste : "Les investitures, ça va aller vite, mais il faudra être patient".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.