Résultats des européennes 2024 : le RN réalise un score historique (31,37%), le camp présidentiel à 14,6%, talonné par le PS, selon notre estimation Ipsos

Jordan Bardella améliore de 8 points son score de 2019 tandis que la liste Renaissance subit un revers électoral majeur. Les socialistes retrouvent des couleurs grâce à la bonne performance de Raphaël Glucksmann, qui devance nettement LFI, LR et les écologistes.
Article rédigé par Margaux Duguet
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Le Rassemblement national, emmené par Jordan Bardella, est arrivé largement en tête des élections européennes du 9 juin 2024. (PAULINE LE NOURS / FRANCEINFO / GETTY IMAGES / AFP)

C'est un coup de tonnerre politique. Jamais un parti d'extrême droite n'avait atteint un tel score lors d'une élection en France. La liste du Rassemblement national, menée par Jordan Bardella, arrive largement en tête avec 31,37% des voix, lors des élections européennes, dimanche 9 juin, selon les résultats définitifs du ministère de l'Intérieur dévoilés lundi. Cette victoire écrasante du RN conforte la stratégie du parti d'extrême droite qui a de nouveau désigné Jordan Bardella comme tête de liste. Le poulain de Marine Le Pen pulvérise son score de 2019, où il avait obtenu 23,31%, contre 22,41% pour la liste de la majorité présidentielle. Il obtient 30 sièges au Parlement.

Du côté du parti présidentiel, il n'y aura pas eu de sursaut dans les urnes pour les soutiens d'Emmanuel Macron. Avec seulement 14,6% des suffrages, Renaissance et ses alliés subissent une cinglante défaite électorale, en terminant loin derrière le Rassemblement national. Le camp présidentiel emmené par Valérie Hayer, présidente du groupe Renew au Parlement mais qui est restée assez méconnue du grand public, perd 7,5 points par rapport à 2019 et obtient 13 sièges. Un résultat qui est aussi à lire au regard de la participation en hausse puisque l'abstention s'élèver à 48,51%, soit 1,37 point de moins qu'en 2019 et 9,06 points de moins qu'en 2014. 

La liste Parti socialiste-Place publique emmenée par Raphaël Glucksmann termine troisième avec 13,83% des suffrages, non loin derrière Renaissance. Un score qui vient couronner la bonne dynamique de campagne de l'eurodéputé, qui surclasse les autres candidats de gauche. Le PS, qui avait fait les frais de la montée en puissance de La France insoumise depuis la fin du quinquennat Hollande, retrouve des couleurs, alors qu'il n'avait obtenu que 6,19% des suffrages en 2019. Les socialistes vont, sans nul doute, tenter de reprendre la main dans leur camp et contester le leadership de LFI. Ils décrochent 13 sièges au Parlement européen. 

Les écologistes en fort recul

Avec 9,89% des suffrages, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon fait un peu mieux qu'il y a cinq ans (6,31%). La liste de Manon Aubry, longtemps créditée d'environ 6% des suffrages, a connu une certaine dynamique dans la dernière ligne droite de la campagne et obtient neuf eurodéputés. La liste Les Républicains, de nouveau conduite par François-Xavier Bellamy, obtient 7,25% des voix. Un mauvais score pour LR qui avait déjà connu un échec en 2019 (8,48%) et qui interroge de nouveau sur la survie du parti de droite. Ils envoient entre six élus à Strasbourg et Bruxelles. 

Les Ecologistes-EELV, qui avaient créé la surprise en 2019 (Yannick Jadot s'était classé troisième avec 13,47%), passent de justesse la barre des 5%, avec 5,5%, et obtiennent cinq sièges.  

La liste Reconquête de Marion Maréchal obtient pour sa part 5,47% des suffrages. Un score qui permet au parti d'extrême droite d'Eric Zemmour d'envoyer cinq députés au Parlement européen.

Les autres listes en course terminent toutes sous la barre des 3%. Au total, elles étaient 38 à s'affronter, parmi lesquelles celle du Parti animaliste, conduite par Hélène Thouy, ou des Patriotes de Florian Philippot. Trois anciens candidats à la présidentielle (Nathalie Arthaud pour Lutte ouvrière, François Asselineau pour l'UPR et Jean Lassalle pour l'Alliance rurale) étaient également à la tête d'une liste lors de ce scrutin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.