L'Angle éco, France 2

VIDEO. "L'angle éco" : "TAFTA n'est pas prêt d'être conclu"

Après l'émission "L'angle éco" diffusé le 27 octobre sur France 2, François Lenglet répond aux questions posées sur les réseaux sociaux pendant l'émission.

francetv info

Pour son premier numéro "L'angle éco" s'est penché sur "Le retour des frontières". Des relocalisations en France ou aux Etats-Unis, au portrait du pays le plus protectionnistes au monde, l'Argentine, en passant par Shanghaï et les champignons de Paris, François Lenglet fait le point sur la mondialisation.

Un thème qui a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Comme il s'y était engagé François Lenglet vous répond:

Le rapport de force avec la Chine change

Les entreprises françaises ou américaines commencent à rapatrier une partie de leurs productions. La raison le coût du travail en Chine. Pour François Lenglet "le retour des entreprises dans leurs pays d'origines est surtout dû au ralentissement de la productivité chinoise et à la hausse du coût du travail. Et notamment les coûts unitaires, c'est à dire tout ce qui entre dans le calcul de la fabrication d'une pièce au delà du salaire, en y incluant le prix de l'immobilier et d'autres choses "annexes". Aujourd'hui la Chine repésente 70% des coûts des Européens contre 15% il y a quelques années.

"Les brevets c'est effectivement un risque qui conduit les entreprises à ramener leur production. Avec un coût de production en hausse le risque de se faire pirater est devenu trop important donc faut mieux revenir." Notamment pour les produits haut de gamme explique François Lenglet, car "cette menace sur les brevets est réelle sur les vieux brevets, et pas sur les futurs brevets."

L'Etat veut redonner de la marge aux entreprises

Le ministre Emmanuel Macron a expliqué dans l'émission vouloir redonner de la marge aux entreprises. Au risque de donner ces sommes dégagées aux actionnaires plutot qu'à l'investissement? Pour François Lenglet, "il n'y a pas pour le moment de solution. Faut-il établir des contrôles dans les entreprises qui reçoivent des aides publiques? Impossible, on tombe dans un système qui dissuade les entreprises de profiter des aides, c'est le cas avec le CICE. L'autre solution, le gouvernement avec les baisses des charges crée un environnement pour les entreprises, et là il est probable que certaines entreprises rémunèrent mieux leurs actionnaires, mais plutôt des grandes entreprises plutôt que des PME."

Le patriotisme économique est il transposable en France ?

Pour l'animateur de l'Angle éco, il est clair que pour certains produits si les prix sont multipliés par deux ou trois ce serait difficile. Mais en créant un environnement, avec de la communication notamment on peut relancer un patriotisme dont "les racines sont déjà là. Il suffit de voir ce qui se passe en Allemagne."

Les accords commerciaux font ils sauter les frontières ?

Tafta, accord commercial en cours de négociation entre les Etats Unis et l'Europe "se construit sur les ruines de l'OMC. C'est le dernier feu du monde d'avant plutôt que les premiers feux du monde d'après. Bien sûr, il y a le principe du libre échange mais les préférences collectives ne sont pas les mêmes, comme sur la nourriture ou l'environnement. On va maintenant vers des équilibres régionaux au sein de grandes frontières, l'Europe pour nous. Mais je pense que Tafta n'est pas prêt d'être conclu. Et en plus avec un mandat de négociation caché, Tafta est mal barré."

Jeremy Rifkin et François Lenglet, à Paris, en septembre 2014.
Jeremy Rifkin et François Lenglet, à Paris, en septembre 2014. (V.PASQUESOONE/ FRANCE TÉLÉVISIONS)