Grève du 5 décembre : faute de transports, les salariés doivent se débrouiller

Certains salariés se sont organisés en amont de la grève du 5 décembre. Par exemple, certains ne dorment pas chez eux pour arriver au travail à temps. 

france 2

Ils arrivent au bureau à vélo ou à pied, en catastrophe, souvent en retard, et presque tous essoufflés. "J'ai marché un bon quart d'heure. D'habitude, je prends le bus pour aller plus vite", explique une passante. "Beaucoup de galères, mais j'espère que je vais arriver à l'heure", lance une autre. D'autres ont dû se résoudre à ne pas venir du tout au travail. Le patron d'une boulangerie compte les salariés absents jeudi 5 décembre. "Sur une équipe de neuf, trois personnes ne vont pas venir. On court partout. C'est beaucoup de tension mais heureusement on a des collaborateurs qui habitent à côté", souligne Aymeric Despierres, restaurateur.  

>> Grève du 5 décembre : suivez la situation en direct

Des nuits d'hôtel réservées en amont

Dans un hypermarché, le patron a accordé une journée de repos aux salariés qui n'ont pas pu venir. Le directeur du magasin Philippe Mottet a prévu 10 à 15 % de personnels en moins jeudi. "On s'est débrouillé, les gens sont venus un peu plus tôt. On a aménagé certains autres horaires de façon à ce que ça passe", ajoute-t-il. Mais les entreprises qui ne pouvaient pas se passer de leurs salariés ont dû investir dans des nuits d'hôtel. Tous n'ont qu'une crainte : que la grève continue vendredi et complique leur retour chez eux.    

Le JT
Les autres sujets du JT
Des personnes circulent à vélo ou en voiture lors d\'un mouvement de grève de la RATP, le 13 septembre 2019 à Paris. 
Des personnes circulent à vélo ou en voiture lors d'un mouvement de grève de la RATP, le 13 septembre 2019 à Paris.  (MARTIN BUREAU / AFP)