Grève de la SNCF contre la réforme des retraites : un mois de mobilisation à Nice

À Nice (Alpes-Maritimes), deux grévistes du premier jour sont fatigués, mais toujours déterminés.

franceinfo

Frédéric Valero, contrôleur SNCF, est en grève contre la réforme des retraites depuis un mois et sa mobilisation ne faiblit pas. Il compte travailler dix jours en janvier, une reprise partielle pour inscrire sa mobilisation dans un temps long. "Le but, c'est de travailler le minimum pour pouvoir avoir juste le nécessaire, ce qui signifie un salaire de 800-900 euros par mois", explique-t-il. Faire la grève est un devoir de conscience pour ce contrôleur.

Suivez la grève en direct

Ne pas renoncer, c'est aussi l'état d'esprit d'Hervé Meux, qui participe régulièrement à des opérations de tractage. Ce cheminot n'a pas travaillé un seul jour depuis le 5 décembre. "Je me suis restreint sur beaucoup de choses. J'ai économisé pour faire face à cette grève", confie-t-il à franceinfo. Après 25 ans passés à la SNCF, la situation ne cesse de se dégrader depuis la réforme des régimes spéciaux voulue par Nicolas Sarkozy, selon lui. Ces deux grévistes ont un seul objectif : ne pas céder face au gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
La gare de Perpignan, au douzième jour de la grève des cheminots contre la réforme des retraites, le 16 décembre 2019. 
La gare de Perpignan, au douzième jour de la grève des cheminots contre la réforme des retraites, le 16 décembre 2019.  (JC MILHET / HANS LUCAS / AFP)