Grève à la SNCF : "Les Echos" ont supprimé une interview d'Elisabeth Borne que Matignon avait trop réécrite

La ministre et ancienne directrice de la stratégie de la SNCF tenait pourtant des propos "prudents" dans cet entretien destiné à être publié le 13 mars, écrivent "Les Echos".

Le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre des Transports Elisabeth Borne, le 26 février 2018 à Matignon.
Le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre des Transports Elisabeth Borne, le 26 février 2018 à Matignon. (ERIC FEFERBERG / AFP)

C'est une information glissée au détour d'un article. Dans un long dossier (article payant) consacré à la manière dont l'exécutif a géré la réforme de la SNCF, mis en ligne lundi 2 avril, Les Echos annoncent avoir refusé de publier une interview d'Elisabeth Borne car Matignon avait trop réécrit les propos de la ministre des Transports.

La ministre et ancienne directrice de la stratégie de la SNCF tenait pourtant des propos "prudents" dans cet entretien destiné à être publié le 13 mars, écrivent Les Echos. Mais le sujet est sensible. Et "la volonté de contrôle sur cette ministre 'technique'' était visiblement telle du côté des services d'Edouard Philippe que ceux-ci ont largement amendé ses propos, ce que n'a pas accepté le quotidien économique.

L'hebdomadaire Marianne, qui a relevé l'information, rappelle que de nombreux responsables politiques n'hésitent pas à exiger de relire et de parfois revenir sur leurs propos avant publication. Un "abus de caviardage" qui a été critiqué au début de l'année par La Voix du Nord. Son rédacteur en chef avait alors expliqué à franceinfo que son journal n'accepterait plus ces conditions, au point de refuser toute relecture.