Jacline Mouraud, l'une des figures des "gilets jaunes", appelle à "une trêve" après les annonces d'Emmanuel Macron

"Il y a des avancées", a commenté cette Bretonne après l'allocution du président de la République. Une position contestée au sein du mouvement.

Jacline Mouraud, l\'une des figures des \"gilets jaunes\", le 13 novembre 2018, en Bretagne.
Jacline Mouraud, l'une des figures des "gilets jaunes", le 13 novembre 2018, en Bretagne. (DAMIEN MEYER / AFP)

Les "gilets jaunes" vont-ils continuer leur mouvement ? Après les annonces du chef de l'Etat, lundi 10 décembre, les manifestants semblent divisés. L'une des figures des "gilets jaunes", la Bretonne Jacline Mouraud, a ainsi appelé à "une trêve" car "il y a des avancées, une porte ouverte". "Maintenant il faut sortir de cette crise" car "on ne peut pas passer le reste de notre vie sur des ronds-points", a ajouté cette porte-parole des "gilets jaunes libres", un collectif jugé plus modéré.

Mais sa position est loin d'être celle partagée par une grande partie des "gilets jaunes". Il n'est pas question de se retirer car "Macron n'a pas pris la mesure de ce qui se passait", estime de son côté Pierre-Gaël Laveder, manifestant à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire). "Chaque annonce a été huée et la première réaction a été : 'On se fout de notre gueule'", a-t-il témoigné après avoir regardé l'intervention avec une soixantaine de "gilets jaunes".

Sur les réseaux sociaux, d'autres figures des "gilets jaunes" ont appelé à un "acte 5", samedi 15 décembre. Maxime Nicolle, connu sous le nom de Fly Rider sur Facebook, dont les vidéos sont très partagées chez les manifestants, a par exemple évoqué des "miettes" pour parler des mesures annoncées par Emmanuel Macron. "Trop peu, trop tard, après trop de violence et de mépris", a lancé, de son côté, le "gilet jaune" Eric Drouet.