"On a fait remonter l'information, on a parlé de tout" : des "gilets jaunes libres" ont été reçus à Matignon vendredi

Un groupe de sept "gilets jaunes libres" a rencontré le Premier ministre vendredi soir pour lui faire part les yeux dans les yeux des revendications. Ils ont appelé à ne pas venir manifester dans la capitale aujourd'hui.

Les \"gilets jaunes libres\" Benjamin Cauchy (D), Damien Molin (C) et Jacline Mouraud (D), lors d\'une conférence de presse devant l\'Assemblee Nationale à la veille \"l\'acte IV\" de la mobilisation des \"gilets jaunes\" samedi 8 décembre.
Les "gilets jaunes libres" Benjamin Cauchy (D), Damien Molin (C) et Jacline Mouraud (D), lors d'une conférence de presse devant l'Assemblee Nationale à la veille "l'acte IV" de la mobilisation des "gilets jaunes" samedi 8 décembre. (CHRISTOPHE PETIT TESSON / MAXPPP)

Alors que les appels à manifester se sont multipliés sur les réseaux sociaux pour "l'acte IV" de la mobilisation des "gilets jaunes" samedi 8 décembre, certains ont été reçus par le Premier ministre vendredi soir. Ce groupe composé de sept membres des "gilets jaunes libres", c'est le nom qu'ils se sont donnés, sont sortis de Matignon peu avant 22 heures.

>> Suivez en direct "l'acte IV" de la mobilisation des "gilets jaunes" samedi à Paris et dans les grandes villes 

Edouard Philippe ne leur a pas fait d'annonce particulière ou de nouvelle mesure, mais après une heure et demie de discussion à sept avec le Premier ministre, Jacline Mouraud, une des figures du mouvement, estime au moins avoir pu dialoguer. "On a vraiment eu un débat, un constat, c'était très intéressant, très constructif. On a dit tout ce que les gens nous ont dit. On a fait remonter l'information, on a parlé de tout", a-t-elle indiqué à la sortie de l'entrevue.

Maintenant la balle est dans le camp de Monsieur Macron.Jacline Mouraud, "gilets jaunes libres"à franceinfo

C'est encore une fois vers le président de la République que se tournent les regards. Edouard Philippe a promis de transmettre sans délai à l'Elysée toutes les revendications présentées par les sept "gilets jaunes". Ils attendent maintenant que le président prenne la parole. "Notre travail est fait. La République est entre les mains de Monsieur Macron, renchérit Christophe Chalençon, qui estime que l'enjeu est historique. "J'espère qu'il va parler au peuple de France comme un père, avec amour et respect. Et qu'il prendra des décisions fortes qui feront que le peuple ne se retrouvera plus encore dans la rue après son discours", poursuit-il. Et les "gilets jaunes libres" ont encore une fois appelé à ne pas venir manifester aujourd'hui à Paris.

Le reportage de Grégoire Lecalot
--'--
--'--