"Gilets jaunes" : des figures du mouvement appellent à dialoguer avec le gouvernement et listent de nouvelles revendications

Onze "gilets jaunes", dont des visages médiatiques comme Benjamin Cauchy et Jacline Mouraud, cosignent un appel publié dans "Le JDD".

Jacline Mouraud, l\'une des cosignataires de l\'appel des \"gilets jaunes libres\", devant une route à Bohal (Morbihan), le 13 novembre 2018.
Jacline Mouraud, l'une des cosignataires de l'appel des "gilets jaunes libres", devant une route à Bohal (Morbihan), le 13 novembre 2018. (DAMIEN MEYER / AFP)

Après les huit éphémères "communicants officiels" du mouvement, qui ont renoncé à ce rôle quelques jours seulement après leur désignation, un nouveau groupe de figures du mouvement des "gilets jaunes" se propose d'être "les porte-parole d'une colère constructive". Dans une tribune publiée par Le JDD, dimanche 2 décembre, les "gilets jaunes libres" expliquent tendre la main au gouvernement et listent quelques revendications.

>> "Gilets jaunes" : suivez l'évolution du mouvement dimanche dans notre direct

Rassemblés sous l'étiquette des "gilets jaunes libres", les onze signataires du texte comptent parmi eux des figures médiatiques du mouvement, comme la Bretonne Jacline Mouraud et le Toulousain Benjamin Cauchy, qui avait déjà annoncé le lancement du mouvement Citron. Ils ont en commun d'avoir critiqué la désignation des huit représentants du mouvement, fin novembre.

Ils souhaitent rencontrer Edouard Philippe

Les signataires de ce texte lancent "un appel à tous les citoyens qui ne souhaitent plus seulement approuver, encourager ou soutenir les 'gilets jaunes libres', mais participer avec eux au mouvement engagé, d'en devenir les référents locaux départementaux".

"Soyons responsables et offrons au gouvernement une porte de sortie à la crise", plaident-ils. Ils listent une série de revendications : "le gel de la hausse des taxes sur les carburants", "l'annulation de l'alourdissement du contrôle technique automobile", "l'adoption du scrutin proportionnel" aux législatives, un recours au référendum "sur les grandes orientations sociales et sociétales du pays" et l'organisation d'"états généraux de la fiscalité", notamment.

Ils affirment également se tenir "à la disposition du Premier ministre pour un premier rendez-vous". "Nous attendons un électrochoc politique", a précisé Benjamin Cauchy à franceinfoVendredi, Edouard Philippe avait convié les huit "communicants officiels" des "gilets jaunes" à Matignon, mais deux seulement s'étaient présentés, et l'un d'eux avait choisi de repartir immédiatement.