Retraites, trottinettes, bourses étudiantes... Voici ce qui change à partir du 1er septembre

Plusieurs mesures de la très contestée réforme des retraites entrent en vigueur à partir de vendredi. Mais pas seulement. Tour d'horizon de ce à quoi il faut s'attendre pour cette rentrée.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min
L'opérateur Tier retire ses trottinettes en libre-service à Paris, le 23 août 2023. (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)

La rentrée s'accompagne de son lot de nouveautés. A commencer par la mise en application d'une partie de la réforme des retraites, avec, notamment, le début du report progressif de l'âge légal de départ et la fin d'une partie des régimes spéciaux. Ce vendredi 1er septembre marque aussi la fin des trottinettes en libre-service à Paris ou encore la revalorisation des bourses étudiantes. Franceinfo fait le tour des changements importants.

Une partie de la réforme des retraites entre en application

Dès vendredi, l'âge légal de départ à la retraite est progressivement relevé au rythme de trois mois chaque année, pour passer de 62 à 64 ans d'ici 2030. Pour obtenir une pension à taux plein (sans décote), la durée de cotisation requise s'allonge aussi, passant de 42 ans (168 trimestres) à 43 ans (172 trimestres) d'ici 2027, au rythme d'un trimestre par an.

>> Réforme des retraites : le détail des mesures qui entrent en vigueur le 1er septembre

Ce 1er septembre signe aussi la fin de la plupart des régimes spéciaux existants, dont ceux de la RATP, des industries électriques et gazières, des clercs de notaire et de la Banque de France, pour tous les nouveaux embauchés. La réforme introduit aussi de nouveaux droits, comme la revalorisation des petites pensions, à hauteur de 100 euros par mois pour une carrière complète au Smic. De nouvelles bornes d'âge sont également introduites pour pouvoir prétendre à un départ anticipé pour carrière longue.

Les bourses étudiantes élargies et augmentées

Pour la rentrée 2023, le périmètre des étudiants boursiers s'élargit à 35 000 nouveaux bénéficiaires. Cette mesure cible les étudiants issus des "classes moyennes". Le ministère de l'Enseignement supérieur donnait l'exemple d'un enfant de deux employés qui touchent 1 801 euros de salaire net chacun et qui sera éligible au premier échelon. Ces nouveaux entrants vont toucher une aide de 145 euros par mois, sur dix mois.

Le montant des bourses sera par ailleurs revalorisé de 37 euros par mois pour tous les échelons. Les étudiants boursiers qui vivent dans les territoires d'outre-mer recevront un complément de 30 euros et 140 000 étudiants sont également censés passer à l'échelon supérieur. Selon le ministère de l'Enseignement supérieur, le seul changement d'échelon devrait augmenter le montant de leur bourse de 66 à 127 euros par mois.

Cette réforme s’inscrit dans la feuille de route gouvernementale du Conseil national de la refondation (CNR) pour la jeunesse, piloté par la Première ministre dans le cadre des "Rencontres jeunesse de Matignon". 

Les trottinettes en libre-service à Paris, c'est terminé

Après les avoir accueillies en 2018, Paris va devenir la première capitale européenne à complètement interdire les trottinettes en libre-service, à la fin des contrats liant la municipalité aux trois exploitants privés (Dott, Lime et Tier Mobility). Les Parisiens avaient voté début avril contre le maintien dans la ville des trottinettes.

A partir du 1er septembre, 15 000 stationnements qui étaient réservés jusqu'alors à ces trottinettes électriques en libre-service seront réaménagés. "Cela permettra soit de stationner son vélo à titre personnel", soit de garer les vélos "qui sont en location de courte durée", explique à France 3 Ile-de-France David Belliard, élu EELV de Paris et adjoint en charge de la transformation de l'espace public.

Quant aux trottinettes, leur sort sera différent selon les trois opérateurs du marché. Chez Tier, elles seront transférées dans d'autres villes franciliennes et en Allemagne. Dott les enverra pour sa part en Belgique ou à Tel Aviv. Quant aux engins de Lime, ils seront réparés avant de quitter la capitale pour Lille, Londres, Copenhague et des villes allemandes.

Le salaire des enseignants revalorisé

Le ministre de l'Education nationale, Gabriel Attal, a confirmé dimanche sur TF1 les annonces du mois d'avril : tous les enseignants gagneront de 125 à 250 euros nets de plus par mois, selon leur profil, à partir du 1er septembre.

"Pas un seul professeur titulaire ne touchera moins de 2 100 euros net par mois", a ajouté le ministre le lendemain, lors de sa conférence de presse, parlant de la "plus grosse hausse de salaire de nos professeurs depuis des décennies". Les chefs d'établissements, eux, percevront "1 000 euros de plus par an", tandis que les accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) bénéficieront d'une "revalorisation de 10 à 13%", a annoncé le ministre.

Les abonnements pour les transports en commun mieux pris en charge dans la fonction publique

Les abonnements des agents publics pour les transports en commun vont être pris en charge à 75% par leur employeur, contre 50% jusqu'ici. Ainsi, les fonctionnaires franciliens détenteurs d'un forfait Navigo économiseront par exemple une vingtaine d'euros par mois. Les fonctionnaires ou contractuels abonnés à un service public de location de vélos bénéficient aussi dès le 1er septembre d'une prise en charge à 75% par l'employeur.

Des arrêts de bus à la demande le soir à Paris

La RATP va généraliser la descente à la demande après 22 heures entre deux arrêts pour les bus parisiens, a annoncé la présidente de la région et d'Ile-de-France Mobilités (IDFM), Valérie Pécresse. Cette mesure est déjà expérimentée en banlieue parisienne depuis 2018. Objectif : raccourcir les trajets à pied de nuit. Dans les colonnes du Parisien, Valérie Pécresse parle d'une "bonne nouvelle pour la sécurité, notamment celles des femmes".

L'endroit où l'arrêt est demandé doit se trouver sur la ligne du bus. Il doit notamment être "bien éclairé, avec une bonne visibilité et un cheminement piéton à proximité", précise IDFM.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.