Revalorisation des salaires des enseignants : combien sont-ils payés et pour quel volume d'heures ?

En annonçant une hausse du salaire des enseignants jusqu'à 230 euros net mensuels lors de son déplacement jeudi dans l'Hérault, Emmanuel Macron a proposé de nouvelles missions sur la base du volontariat. Les syndicats rappellent que la charge de travail est déjà très importante.
Article rédigé par France Info - Armel Balogog
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une manifestation d'enseignants à Amiens, Picardie, en janvier 2023. (FRED HASLIN / MAXPPP)

Lors de son déplacement dans un collège de Ganges, dans l'Hérault, Emmanuel Macron a annoncé jeudi 20 avril une hausse du salaires des enseignants, "entre 100 et 230 euros net en plus par mois", dès septembre prochain. Cette hausse inconditionnelle s'accompagnera d'une augmentation liée à de nouvelles missions basées sur le volontariat : les enseignants devront se charger de nouvelles missions pour la percevoir. Cette annonce a fait polémique car les syndicats rappellent que les professeurs travaillent déjà beaucoup. 

>> Le SNUipp-FSU veut une hausse de "300 euros nets par mois" pour tous les enseignants "sans contrepartie"

Jusqu'à six heures de plus que la moyenne chaque semaine

L'idée que les enseignants travaillent moins que les autres, qu'ils ont beaucoup de temps libre est largement répendue, et pourtant, il n'en est rien. Si l'on prend les derniers chiffres de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance, publiés en octobre dernier, on voit que les enseignants déclarent travailler entre 40 et 43 heures par semaine, soit davantage que la moyenne des travailleurs français, qui est de moins de 37 heures par semaine, selon le service statistiques du ministère du Travail.

Concrètement, les enseignants donnent entre 17 à 20 heures de cours par semaine au collège et au lycée, 25 heures au primaire. Mais cette durée déclarée ne représente que le travail visible. Au secondaire, pour chaque heure de cours donnée, il faut ajouter une heure de préparation et de correction des copies.

Les professeurs consacrent également trois heures par semaine pour d'autres tâches. Tard le soir, tôt le matin ou pendant leur pause déjeuner, ils doivent se former à mieux accompagner les élèves avec des besoins spécifiques, des troubles de l'attention, des handicaps, mais aussi trouver des astuces d'enseignement pour ceux qui parlent mal ou pas le français.

>> "Ils sont prêts à envoyer n'importe qui au champ de bataille" : un concours exceptionnel pour titulariser des enseignants contractuels dans des académies qui peinent à recruter

L'emploi du temps d'un enseignant contient aussi les conseils de classes, les nombreuses réunions pour harmoniser les pratiques avec les collègues, les entretiens d'orientation avec les élèves. Et, enfin, il faut répondre aux nombreuses interrogations des parents. Si, par le passé, il n'y avait que les réunions parents-profs une fois par trimestre, aujourd'hui il y a les courriels tard le soir, les coups de fils et les SMS.

Un salaire mensuel de 2 600 euros net en moyenne

Durant la première année de titularisation, les professeurs des écoles et les titulaires d'un Capes touchent 1 700 euros net par mois. Ce salaire monte à 1 900 euros avec les primes. Ensuite, il évolue pendant leur carrière, selon leur ancienneté et selon leur poste. En moyenne, un enseignant touche 2 600 euros net par mois, soit moins que la moyenne des pays de l'OCDE. Surtout, les rémunérations n'ont pas suivi le coût de la vie : le pouvoir d'achat des profs a chuté depuis 40 ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.