"Quand on m'a parlé du salaire, j'ai changé d'avis" : pourquoi le métier de prof ne fait plus rêver

écouter

Les concours d'enseignants ouverts cette année par l'Education nationale ne font pas le plein de candidats. Question de rémunération ou crise de vocation plus profonde ? Le Quart d'Heure se penche sur la pénurie de professeurs. On vous raconte aussi pourquoi la Finlande prend le risque de fâcher la Russie en rejoignant l'OTAN. Et puis, il y a désormais plus de 15.000 jeunes Ukrainiens scolarisés en France : on vous emmène dans un lycée où tout est fait pour intégrer ces réfugiés et leur aider à construire leur avenir malgré l'exil.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une grève dans un collège à Brive (Corrèze), le 13 janvier 2022. (ST?PHANIE PARA / MAXPPP)

On le sait déjà, la guerre en Ukraine a des conséquences. Humaines, financières, mais aussi géopolitiques. L'offensive russe pourrait bien bouleverser durablement l'équilibre du continent. Surtout depuis le changement de position de la Finlande. Depuis plusieurs années, les habitants sont en grande partie contre l'entrée du pays à l'OTAN, alliance militaire composée des État-Unis et de ses alliés européens. Ils sont dorénavant favorables à une adhésion "sans délai", ont annoncé le président finlandais et de sa première ministre. "Être membre de l'Otan renforcerait la sécurité de la Finlande" ont-ils communiqué, alors que le pays partage une frontière de 1.300 kilomètres avec la Russie. Pour le Kremlin, ce nouvel accord serait "une menace", ce à quoi le président finnois a répondu : "c'est votre faute, regardez-vous dans un miroir. "

15.000 Ukrainiens scolarisés en France

Trois Ukrainiens étudient 12 heures par semaine au lycée Paul Langevin. (MARGAUX QUEFFELEC / RADIO FRANCE)

Autre conséquence de la guerre ? De nombreux Ukrainiens fuient leur pays. Il ne faut pas seulement mettre à l'abri ces réfugiés, il faut aussi les intégrer et leur permettre de retrouver un semblant de normalité. C'est d'autant plus important pour les enfants. Alors, certains établissements français reçoivent des élèves ukrainiens : il y en a 15.000 élèves en France. C'est le cas du lycée Paul Langevin de Suresnes, à l'ouest de Paris. Notre reporter Margaux Queffélec s'est rendue dans cette école pour rencontré Sergueï, 17 ans. Arrivé en France depuis deux mois, il assiste à des cours de français, d'anglais, d'arts plastiques. Le jeune homme s'est aussi fait des amis. Une parenthèse qui lui fait oublier le temps d'un instant que la guerre continue dans son pays.

Où sont les profs ? 

Selon les résultats publiés par l'Education nationale, tous les postes ouverts aux différents concours pour devenir professeur ne seront pas pourvus cette année. En allemand ou en maths par exemple, il y a moins de candidats admissibles au CAPES que de postes à pourvoir. Pourquoi une telle crise de vocation ? Conditions de travail, salaire, manque de reconnaissance, problème d'organisation... Des jeunes diplômés qui ont renoncé à devenir enseignants nous racontent ce qui les a fait changer d'avis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.