Le SNUipp-FSU veut une hausse de "300 euros net par mois" pour tous les enseignants "sans contrepartie"

Publié Mis à jour
Article rédigé par France Info
Radio France
Guislaine David, co-secrétaire générale du SNUipp-FSU, réagit jeudi sur franceinfo à la promesse d'Emmanuel Macron lundi de "mieux rémunérer" et de "systématiquement remplacer" les enseignants.

"On a une forte attente sur les revalorisations", prévient jeudi 20 avril sur franceinfo Guislaine David, co-secrétaire générale et porte-parole du syndicat Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire. Alors qu'Emmanuel Macron effectue un déplacement dans l'Hérault sur le thème de la rentrée scolaire 2023, Guislaine David rappelle que "les salaires des enseignants sont en berne depuis plusieurs années".

>> Suivez en direct la visite d'Emmanuel Macron dans l'Hérault

Le président a promis lors de son allocution télévisée lundi soir que les enseignants seront "mieux rémunérés" et systématiquement remplacés. "On sait qu'il y a une enveloppe globale de 1,9 milliard. Elle ne sera pas suffisante pour revaloriser de façon conséquente tous les enseignants", s'inquiète déjà la porte-parole du syndicat SNUipp-FSU, qui craint que certains enseignants soient "moins bien revalorisés que d'autres".

Près de 4 milliards d'euros nécessaires

"Nous avons fait nos calculs, il faudrait 3,9 milliards pour pouvoir revaloriser tous les enseignants de 10%", affirme Guislaine David. Le Snuipp-FSU réclame une hausse de "300 euros nets par mois" pour tous les enseignants "sans contrepartie", dès le mois de septembre.

Emmanuel Macron avait avancé deux pistes pour répondre au problème d'attractivité du métier d'enseignant : d'un côté une hausse "inconditionnelle" de 10% des salaires, et de l'autre une augmentation liée à de nouvelles missions, appelée "pacte". "Cette histoire de pacte coince, toutes les organisations syndicales y sont opposées et on continue de s'y opposer", déclare Guislaine David. "Les enseignants travaillent 43 heures en moyenne par semaine et ils ne souhaitent pas travailler plus. Ils souhaitent être revalorisés en fonction de ce qu'ils font déjà", explique-t-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.