Grève contre la réforme des retraites : comment les grévistes s'organisent financièrement pour poursuivre le mouvement

Les syndicats menacent de poursuivre la mobilisation contre la réforme des retraites, jusqu'à ce que leurs revendications soient entendues. Et ils se sont organisés pour pouvoir tenir dans la durée, malgré les pertes de salaire.

Des manifestants protestent contre le projet de réforme des retraites, le 5 décembre 2019, à Paris.
Des manifestants protestent contre le projet de réforme des retraites, le 5 décembre 2019, à Paris. (EMERIC FOHLEN / NURPHOTO / AFP)

La mobilisation se poursuit. Les opposants à la réforme des retraites ont entamé leur deuxième journée de grève, vendredi 6 décembre, ce qui provoque de nouvelles fortes perturbations dans les transports. A la RATP, les syndicats ont déjà annoncé la poursuite du mouvement jusqu'à lundi inclus. Selon le secrétaire général adjoint Unsa à la régie des transports parisiens, la mobilisation "va s'intensifier" et certains grévistes "sont prêts à aller jusqu'au 31 décembre"Mais comment comptent-ils tenir financièrement, malgré les pertes de salaire ? Eléments de réponse.

>> DIRECT. Grèves reconduites, perturbations dans les transports... Suivez la mobilisation du 6 décembre contre la réforme des retraites

Ils ont mis de l'argent de côté

Plusieurs grévistes expliquent avoir anticipé la mobilisation contre la réforme des retraites, ce qui leur a permis de mettre un peu d'argent de côté. "La grève a été annoncée depuis le mois de septembre donc depuis deux mois et demi, on fait attention. On dépense peu et on fait en sorte d'être prêts. Personnellement, j'ai un mois de salaire dédié à la grève", souligne une manifestante interrogée par France 2D'autres ont mis cent euros de côté tous les mois depuis septembre. "Je sais que les fêtes de fin d'année seront un peu plus difficiles mais je suis prêt à sacrifier quelques cadeaux", explique un manifestant.

Les salariés qui touchent un treizième mois comptent par ailleurs sur ces revenus pour compenser leur manque à gagner, note Le FigaroLe quotidien précise que certains l'ont déjà perçu fin novembre (à la RATP notamment), quand d'autres le recevront en décembre. "Faire une grève en décembre, c'est plus facile qu'à une autre période de l'année, car il y a le treizième mois, abonde Gérard Brunot, militant FO qui a participé à la manifestation à Paris, jeudi. De toute façon, mieux vaut perdre un peu d'argent maintenant que beaucoup pendant toute sa retraite."

Ils comptent sur les "caisses de grève" des syndicats

Les syndicats se mobilisent également pour aider les salariés grévistes. La CFDT a créé une "caisse de grève" en 1973, aujourd'hui financée à partir d'un pourcentage de 8,6% prélevé sur les cotisations des adhérents. "Cette caisse ne concerne pas que la grève, mais d'abord la défense juridique, individuelle et collective, l'aide aux adhérents lorsqu'ils mènent un conflit dans leur entreprise", nuance le sécrétaire général de l'organisation, Laurent Berger, sur LCI

L'organisation dispose aujourd'hui de plus de 126 millions d'euros, mais il en faudrait 140 pour compenser les pertes de salaires si tous les adhérents faisaient grève durant un mois, affirme Le Figaro. Seuls les adhérents de plus de six mois peuvent en bénéficier, selon des règles précises. "Pour les grèves de plus de 7 heures, l'adhérent ayant fait l'objet d'une retenue de salaire pour faire grève reçoit une indemnité de 7,30 euros par heure s'il est salarié à temps plein, et au prorata du temps de travail s'il est à temps partiel", indique la CFDT.

Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière, indique que son organisation a également "un fonds de solidarité de grève" mais "pas des moyens extraordinaires". "Seuls les adhérents à jour peuvent en bénéficier, et il y a un délai de carence de trois jours", précise-t-il aux Echos. Les grévistes ont alors droit à 12 euros par jour.

Ils lancent des cagnottes de soutien

Les grévistes comptent enfin sur la générosité des opposants à la réforme des retraites. Des collectes ont déjà été lancées sur internet. L'Unsa ferroviaire, le deuxième syndicat de cheminots, a ainsi une cagnotte en ligne dont le montant est tenu secret, selon les Echos. "Mais c'est assez minime par rapport au nombre de salariés qui seront en grève à partir de jeudi, et en aucun cas leur salaire ne sera pris en charge à 100%", précise Didier Mathis, leader de l'organisation.

La CGT a également relancé sa "caisse de grève" en ligne, ouverte au printemps 2016 pour soutenir les salariés mobilisés contre la loi Travail. Selon Libérationle syndicat disposait de 124 755 euros dans cette caisse au 1er décembre, grâce à de nouveaux dons et au reliquat de précédentes collectes. 

Autre initiative : le marathon de jeux vidéo lancé par Le Stream reconductible. Ce collectif de joueurs, qui soutient la grève, a promis de continuer à diffuser en direct des parties sur la plateforme Twitch jusqu'à la fin du mouvement. En parallèle, ils appellent les internautes à faire des dons sur une cagnotte en ligne. Elle avait déjà récolté près de 23 000 euros, vendredi midi.

De tels appels aux dons ne sont pas inédits. En mars 2018, une cagnotte en ligne avait récolté plus d'un millions d'euros en faveur des cheminots mobilisés contre la réforme ferroviaire, rappellent Les Echos. Deux ans plus tôt, la CGT avait, elle, récolté plus de 500 000 euros pour aider les salariés mobilisés contre la loi Travail.

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Décryptage. Pourquoi le projet coince auprès d'une majorité de Français

• Explication. Cinq questions sur la très discutée "clause du grand-père"

• Analyse. Pourquoi les enseignants se mobilisent-ils massivement ?

• Vrai ou fake. Les régimes spéciaux ne concernent-ils que 3% des actifs ?