Grève à la RATP : "Certains conducteurs sont prêts à aller jusqu'au 31 décembre"

"On veut le retrait" de la réforme des retraites, assure Laurent Djebali, secrétaire général adjoint UNSA à la RATP.

Pas d\'accès à la station de métro Saint-Lazare, le 5 décembre 2019.
Pas d'accès à la station de métro Saint-Lazare, le 5 décembre 2019. (LUC NOBOUT / MAXPPP)

Laurent Djebali, secrétaire général adjoint UNSA à la RATP, affirme jeudi 5 décembre sur franceinfo que "c'est le gouvernement qui prend les usagers en otage". Selon lui, les organisateurs de la grève ont laissé "trois mois au gouvernement pour amener un dialogue sans saisir cette opportunité. Et là ils veulent dialoguer la semaine prochaine. Pourquoi ne pas avoir annoncé des choses avant la grève ?"

Selon lui, les grévistes sont "déterminés et calmes". Dans les prochains jours, il estime qu'ils vont "tenir ce niveau [de mobilisation] car j'ai été dans des assemblées générales et certains conducteurs sont prêts à aller jusqu'au 31 décembre".

"Le mouvement va s'intensifier"

En ce jeudi de manifestation, "aucune réponse n'a été apportée de la part du gouvernement mais on s'y attendait". Pour lui, la mobilisation d'aujourd'hui est très forte puisque "ce sont des cadres inexpérimentés qui dirigent les RER avec même pas deux semaines de permis. Au niveau du métro, on est à plus de 95% de conducteurs qui sont grévistes. Et le mouvement va s'intensifier."

Concernant les revendications, ce responsable syndical ne veut "pas d'aménagements, on veut le retrait" de cette réforme des retraites "car elle est mauvaise pour tous les salariés français qui n'en veulent pas".

>> Perturbations, manifestations, réactions, trafic... Suivez en direct la grève du 5 décembre et les dernières informations ici.