Stations fermées, entretien des voies, gestion des publicités : comment la RATP gère son réseau pendant la grève

Depuis plus de deux semaines, une partie des agents de la RATP fait grève pour protester contre la réforme des retraites. Résultat : de nombreuses lignes sont fermées.

La station Havre-Caumartin sur la ligne 3 est fermée au public en raison de la grève, le 17 décembre 2019, à Paris.
La station Havre-Caumartin sur la ligne 3 est fermée au public en raison de la grève, le 17 décembre 2019, à Paris. (MATHIEU MENARD / HANS LUCAS / AFP)

Huit à dix lignes de métro fermées quotidiennement et des pertubations sur la quasi-totalité du réseau. Depuis plus de deux semaines, une partie du personnel de la RATP est en grève pour protester contre la réforme des retraites voulue par le gouvernement. Comment s'organise l'entreprise ? Que deviennent les publicités dans les couloirs du métro ? Quelles conséquences pour les personnes sans domicile fixe ? Franceinfo a tenté de répondre à quelques questions sur les conséquences de ce mouvement social pour la régie des transports parisiens.

>> Retrouvez les dernières informations sur la réforme des retraites et la grève dans notre direct

Comment la RATP décide-t-elle des lignes ouvertes ?

Chaque jour depuis le début de la grève, la RATP communique à 17 heures sur les lignes qui seront ouvertes le lendemain. "Le plan de transport est élaboré avec les moyens, les agents qui sont à notre disposition", explique l'entreprise. Mais comment sont sélectionnées les lignes ? "La priorité est donnée aux lignes structurantes, celles qui desservent l'ensemble du réseau : la 1, la 4, la 7, la 14, le RER A et le RER B".

Quand la RATP dispose de conducteurs supplémentaires, elle se permet d'ouvrir des morceaux de lignes en plus. "On fait du rabattement avec certaines lignes qui sont ouvertes pour alimenter les lignes structurantes", explique l'entreprise. C'est l'exemple de la ligne 8 entre Créteil Pointe du Lac et Reuilly-Diderot ou de la ligne 9 entre Pont de Sèvres et St Augustin et entre Nation et Mairie de Montreuil. 

Et pourquoi certaines stations sont-elles fermées sur des lignes ouvertes ?

Pour ouvrir une ligne de métro, il faut du personnel, et pour ouvrir certaines stations également. "On a fermé des stations sur certaines lignes, car la correspondance vers les autres lignes n'était pas assurée. Donc par mesure de sécurité, et pour la bonne gestion des flux, on ne peut pas ouvrir toutes les stations", explique la RATP. Par exemple, la station Place des Fêtes, sur la ligne 11, n'est pas desservie car la correspondance avec la ligne 7 bis n'est pas assurée.

"Si vous ouvrez toutes les stations, vous perdez en fluidité et en cohérence du trafic. On concentre donc nos efforts sur les stations ouvertes avec 1 200 agents mobilisés pour aider les gens dans les stations ouvertes", poursuit l'entreprise. Il s'agit du personnel portant des gilets verts et guidant les voyageurs. Chaque jour, il y a ainsi 170 agents à Châtelet chargés de cette mission.

Pourquoi certaines stations non desservies sont-elles quand même allumées ?

"Les stations restent ouvertes par mesure de sécurité", explique encore la RATP. Les stations ouvertes mais non desservies peuvent ainsi permettre d'évacuer les voyageurs en cas d'incident. "Par ailleurs, d'autres stations restent ouvertes pour des travaux ou de la maintenance. On a quatre cents chantiers sur l'ensemble du réseau."

Les stations fermées sont-elles quand même entretenues ?

Oui, "toutes les stations sont régulièrement nettoyées", assure la RATP. Pour la régie, il s'agit d'être prête le jour de la réouverture des stations au public. "On a un marché propreté à 80 millions d'euros par an avec cinq prestataires. Chaque ligne dispose de son propre contrat", détaille l'entreprise. 

Il y a chaque jour 1 000 agents déployés sur les 368 stations du réseau.La RATPà franceinfo

D'ailleurs, les voies du réseau restent également sous tension. "Des trains passent tous les jours pour éviter la corrosion des rails et nous permettre ainsi d'être en mesure de reprendre le trafic le moment venu", ajoute la RATP.

Est-ce qu'il y a une gestion particulière des personnes sans domicile fixe ?

"On a observé qu'il y avait légèrement moins de sans-abri sur le réseau depuis le début de la grève, mais globalement le mouvement social a peu d'impact", assure la RATP. "Il faut rappeler que les espaces de la RATP ne sont pas adaptés pour un accueil de longue durée des personnes sans domicile fixe", indique l'entreprise. Pour autant, la RATP rappelle qu'elle dispose d'une équipe dédiée, le Recueil social, créée en 1994 et composée aujourd'hui de 66 personnes spécifiquement formées, qui sont chargées de porter assistance aux sans-abri, en lien avec les diverses associations. Pendant la grève, ces équipes continuent de proposer des accueils de jour aux personnes sans domicile fixe.

Est-ce que les publicités continuent d'être affichées et est-ce qu'elles sont facturées ?

La RATP avait anticipé les effets de la grève en proposant aux annonceurs des solutions alternatives. "Nous avions prévenu nos clients et on a fait en sorte d'avancer en novembre ou de décaler en janvier certaines campagnes", affirme l'entreprise. Si certains annonceurs ont décidé de maintenir leurs campagnes publicitaires, la RATP respecte le contrat. "Pour autant, on prévoit des compensations avec des prolongements de campagne ou des reprogrammations. On fonctionne au cas par cas avec les annonceurs." 

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Transport. Est-il vrai que la France n'a pas connu une seule année sans grève à la SNCF depuis 1947 ?

• Social. Grève contre la réforme des retraites : qui revendique quoi parmi les syndicats ?

• Analyse. Réforme des retraites : pourquoi les annonces d'Edouard Philippe ne vont pas arrêter la grève

• Témoignages. "Cela va détruire la magie de Noël" : l'annulation des billets "Junior et Cie" de la SNCF provoque la colère des parents