Quelles conditions de détention pour les détenus radicalisés ?

La gestion des jihadistes dans les prisons françaises fait l'objet de procédures particulières, notamment pour éviter le prosélytisme.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Si la France rapatriait les jihadistes présents en Syrie, ils rejoindraient ceux déjà incarcérés. Ils sont ainsi des centaines de détenus radicalisés et il faudra les gérer. Certains ont ainsi combattu en Irak et en Syrie quand d'autres sont restés en France. L'administration pénitentiaire indique que 504 personnes sont détenues pour des faits de terrorisme, dont une quarantaine de femmes et un tiers de revenants, qui ont combattu à l'étranger avant de revenir ou d'être arrêtés.

Un passage en cour d'assises

"Ces individus seront entendus par les services de renseignement, très rapidement", explique Jean-Charles Brisard, président du centre d'analyse du terrorisme.  "Ils seront ensuite placés en détention, pour la plupart. Et quant à leur situation sur le plan judiciaire, ils auront à répondre de leurs actes vraisemblablement devant une cour d'assises", développe le spécialiste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le bâtiment de la DGSI à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).
Le bâtiment de la DGSI à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). (LIONEL BONAVENTURE / AFP)