Agriculture : dans le Nord, la saison des semis perturbée par la pluie

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
La pluie est de retour sur une grande partie de l’Hexagone, ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les agriculteurs. Exemple dans le Nord.
Agriculture : dans le nord, la saison des semis perturbée par la pluie La pluie est de retour sur une grande partie de l’Hexagone, ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les agriculteurs. Exemple dans le Nord. (France 2)
Article rédigé par France 2 - M. Vanlaton, F. Giltay, V. Biville
France Télévisions
France 2
La pluie est de retour sur une grande partie de l’Hexagone, ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les agriculteurs. Exemple dans le Nord.

A Bergues, dans le Nord, dimanche 14 mai, impossible de planter sur cette parcelle. Le risque de perdre toute la récolte est trop élevé, car la terre est détrempée. Un désagrément pour les particuliers, qui bouleverse le calendrier des agriculteurs en pleine période de semis. "Normalement, à cette époque-ci, le champ devrait déjà être planté depuis plus de 15 jours quoi !" s’exclame Bertrand Achte, agriculteur. A Bourbourg (Nord), depuis le 1er janvier, il a plu deux fois plus que l’année dernière et les sols sont gorgés d’eau : impossible de semer pour le moment.

"L’eau ne transite pas instantanément, le sol filtre très lentement"

Alors que l’ensemble du département du Nord est placé en vigilance sécheresse, comment expliquer ce phénomène ? "On a effectivement dans les eaux souterraines de la sécheresse et dans les eaux superficielles, des inondations. Cela paraît paradoxal, mais il faut bien s’imaginer qu’on a une vingtaine de mètres d’écart entre les unes et les autres et que l’eau ne transite pas instantanément, le sol filtre très lentement", indique Bruno Jacquemin, directeur adjoint à Météo France Nord. Selon Météo France, les prévisions des prochains jours annoncent des précipitations dites de saison.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.