Le procès de l'effondrement de Roissy s'est ouvert

Moins d'un an après son inauguration, une partie du toit du terminal 2 de Roissy (Val-d'Oise) s'était effondrée en 2004, tuant quatre voyageurs. Quartoze ans plus tard, la Justice doit maintenant déterminer les responsabilités.

FRANCE 3

Il aura fallu plus de 14 ans et des dizaines de batailles d'experts, pour que l'affaire de l'effondrement d'une partie du toit de Roissy (Val-d'Oise), soit enfin renvoyée devant un tribunal correctionnel. Quatre sociétés comparaissent pour "homicides et blessures involontaires" : Aéroports de Paris, les constructeurs, et l'architecte. Lundi 10 décembre, à l'ouverture du procès, la plupart de leurs représentants étaient absents. "Des gens dont l'audition aurait été utile sont morts, un certain nombre sont retraités, et nous ne savons pas quelles sont leurs adresses. Et, ce qui est quand même le plus extraordinaire, les experts qui ont été désignés ne sont plus inscrits sur les listes des experts, sont retraités et dont certains sont malades, donc ne viendront pas à la barre", tempête maître Jean-Yves Leborgne, avocat de la défense, au micro de France 3.

Cinq jours de procès

Le 23 mai 2004, il est 6h55 quand le toit du terminal 2 de Roissy-Charles-de-Gaulle s'écroule comme un château de cartes. Sous les décombres, les secours retrouvent quatre personnes sans vie, des touristes en transit à Paris. Leurs avocats n'étaient pas présents à l'audience, seules quelques parties civiles comme ces deux femmes qui travaillaient dans une cafétéria de l'aérogare, miraculeusement épargnées, mais toujours traumatisées par ce qui s'est passé. Le procès va durer cinq jours, pour tenter de déterminer les responsabilités et les causes de ce drame.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une borne marquée du logo des ADP, les Aéroports de Paris, vers l\'aéroport de Roissy.
Une borne marquée du logo des ADP, les Aéroports de Paris, vers l'aéroport de Roissy. (ERIC PIERMONT / AFP)