Bouches-du-Rhône : un projet de villas de luxe fait polémique à Fuveau

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Dans les Bouches-du-Rhône, près de Marseille, la polémique monte alors que 20 hectares de forêt pourraient être détruits pour la construction de 150 villas de luxe. Depuis lundi 11 septembre, des militants et des habitants occupent le terrain pour empêcher les travaux.
Bouches-du-Rhône : un projet de villas de luxe fait polémique à Fuveau Dans les Bouches-du-Rhône, près de Marseille, la polémique monte alors que 20 hectares de forêt pourraient être détruits pour la construction de 150 villas de luxe. Depuis lundi 11 septembre, des militants et des habitants occupent le terrain pour empêcher les travaux. (France 2)
Article rédigé par France 2 - T.Souman, C.La Rocca, P.Gangai
France Télévisions
France 2
Dans les Bouches-du-Rhône, près de Marseille, la polémique monte alors que 20 hectares de forêt pourraient être détruits pour la construction de 150 villas de luxe. Depuis lundi 11 septembre, des militants et des habitants occupent le terrain pour empêcher les travaux.

Les défenseurs de l’environnement viennent de repérer des camions de chantier en action à Fuveau (Bouches-du-Rhône). Ils vont au-devant des ouvriers et leur indiquent qu’ils n’ont pas d’autorisation. Ces militants empêchent les travaux de terrassement de reprendre, mettant à l’arrêt un projet de construction de 150 villas de luxe. Pour les opposants, cela entraînerait la destruction de 20 hectares de forêt qui abritent de nombreuses espèces protégées.

Un projet qui divise

"On a un milieu qui est très riche. Il serait temps que la préfecture se réveille", avance Pierre Pantel, ingénieur écologue. C'est le propriétaire d’un golf qui porte le projet de lotissement. Depuis lundi 11 septembre, une vingtaine de militants écologistes, mais aussi des habitants, se sont basés sur le terrain. La mairie de Fuveau est aussi contre ce projet. Les avis sont partagés chez les habitants. "Trop de béton", se plaint un riverain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.