"Va à la niche" : le parquet se saisit après des "propos discriminatoires" à caractère raciste tenus dans un reportage d'"Envoyé spécial" sur France 2

"L'une des personnes susceptibles d'être mises en cause appartenant au tribunal judiciaire de Montargis", le parquet a demandé un dépaysement de l'affaire.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Divine Kinkela, aide-soignante, témoigne dans un reportage d'"Envoyé spécial'", diffusé sur France 2 le 20 juin 2024. (FRANCE 2)

Le parquet de Montargis a annoncé, vendredi 21 juin, s'être "saisi" après des "propos discriminatoires" tenus dans un reportage diffusé la veille dans "Envoyé spécial" sur France 2. On y découvrait Divine Kinkela, aide-soignante, victime de racisme de la part de ses voisins, militants du Rassemblement national. Sur les images diffusées jeudi soir, les voisins de Divine Kinkela sont filmés en train de la siffler et de lui crier "va à la niche".

Envoyé spécial. "Va à la niche" : dans "Envoyé spécial", une femme victime du racisme décomplexé de ses voisins, sympathisants du Rassemblement national Pu

"Les paroles et comportements constatés pouvant revêtir les qualifications pénales d'injures publiques et non publiques à caractère racial, provocation publique à la discrimination et violence sans incapacité à caractère raciale, le parquet de Montargis s'est saisi de ces faits", a écrit le parquet, précisant que la peine maximale encourue pour ces délits et contravention est de trois ans de prison et 45 000 euros d'amende. Il a souligné par ailleurs que l'"une des personnes susceptibles d'être mises en cause" travaille au tribunal de Montargis. Une raison pour laquelle il a "immédiatement demandé" un dépaysement de l'affaire au parquet général d'Orléans.

Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, a annoncé samedi sur X avoir "demandé aux chefs de la cour d’appel d’Orléans un rapport immédiat en vue de la suspension à titre conservatoire" de cette fonctionnaire. Il a qualifié les propos tenus par la fonctionnaire d'"absolument inadmissibles".

Après la diffusion de la séquence, le député Rassemblement national sortant du Loiret, Thomas Ménagé, a assuré samedi sur France 2 avoir saisi l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle (Arcom, l'ex-CSA). Il accuse l'émission d'avoir dissimulé le fait que l'aide-soignante est, selon lui, "une militante du Parti communiste, du Nouveau Front populaire".

Un député RN pointe "un cas particulier"

"C'est quand même très gênant qu'en période électorale, un reportage sur le service public ne dit pas que cette personne est en combat contre le Rassemblement national, milite, diffuse des tracts du Parti communiste", a-t-il poursuivi, ajoutant que "s'il y a des propos racistes, nous les condamnons".

Concernant les propos diffusés dans le reportage d'"Envoyé spécial", l'élu d'extrême droite a estimé qu'ils étaient "intolérables", avant de nuancer : "Je ne veux pas qu'on laisse un cas particulier, un conflit de voisinage, salir l'ensemble des électeurs du RN qui défendent un projet républicain et patriote", a conclu Thomas Ménagé. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.