Pour l'Académie française, l'écriture inclusive est une "aberration" et représente un "péril mortel" pour la langue française

L'écriture inclusive, défendue par de nombreuses militantes féministes, a récemment fait parler d'elle après que l'éditeur Hatier l'a adoptée pour un de ses manuels scolaires.

Les locaux de l\'Académie française, à Paris, le 1er février 2016.
Les locaux de l'Académie française, à Paris, le 1er février 2016. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Les Immortels ne veulent pas entendre parler de l'écriture inclusive. Dans un communiqué, publié jeudi 26 octobre, l'Académie française adresse "une solennelle mise en garde" contre cette graphie qui souhaite donner plus de visibilité aux femmes en incluant toujours le féminin (en écrivant ami·e·s, par exemple).

"Devant cette aberration 'inclusive', la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures", estime l'institution gardienne de la langue française, dans un communiqué alarmiste.

La démultiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité.L'Académie françaisedans un communiqué

L'écriture inclusive, défendue par de nombreuses militantes féministes, a récemment fait parler d'elle après que l'éditeur Hatier l'a adoptée pour un de ses manuels scolaires. Un choix qui n'est pas du goût des académiciens. "On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation, s'inquiètent-ils. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs."