Tout comprendre à l'écriture inclusive et au débat qui enflamme les réseaux sociaux

Cette méthode d'écriture, qui vise à adopter une grammaire et une typographie qui rendent les femmes plus visibles dans notre langue, provoque des débats enfiévrés sur les réseaux sociaux.

L\'écriture inclusive intègre le point médian pour condenser l\'emploi du féminin et du masculin en un seul mot.
L'écriture inclusive intègre le point médian pour condenser l'emploi du féminin et du masculin en un seul mot. (VINCENT MATALON / FRANCEINFO)
avatar
Vincent MatalonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'Académie française y voit une "aberration" et même un "péril mortel" pour la langue française. L'écriture inclusive n'en finit pas de susciter des débats, jusqu'au plus haut sommet de l'Etat : Edouard Philippe a donné consigne à ses ministres de la bannir des textes officiels, dans une circulaire à paraître mercredi 22 novembre au Journal officiel.

En août déjà, un article des Echos intitulé "L'écriture inclusive : et si on s'y mettait tou·te·s ?" avait été villipendé sur les réseaux sociaux"Souiller la langue française avec ce genre d'inepties pour incultes ne sauvera pas les femmes du harcèlement de rue ou de l'excision !" pouvait-on ainsi lire sur Twitter. "Les poèmes de Musset et de Hugo auraient été be·lles·aux écrits comme ça... Bande d'abrutis".

Cette méthode d'écriture, promue par de nombreux militant·e·s féministes, vise à adopter une grammaire et une typographie qui rendent les femmes plus visibles dans notre langue. Mérite-t-elle tant de haine ? Franceinfo fait le tour du sujet en quatre questions.

Qu'est-ce que l'écriture inclusive ?

L'écriture inclusive est une technique d'écriture qui englobe des règles de grammaire et de syntaxe permettant d'assurer une représentation plus égalitaire des femmes et des hommes dans la langue française. Cette méthode recouvre plusieurs grands principes. Elle encourage non seulement à féminiser les noms de métiers et les titres de fonctions pour désigner une femme ("la présidente", "une agricultrice" plutôt que "Mme le président" ou "une femme agriculteur"), mais également à combiner le masculin et le féminin pour désigner un groupe qui comprend des femmes et des hommes ("les électeurs et les électrices").

Le Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe, édité en novembre 2015 par le Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes, invite également à bannir les termes "homme" et "femme" lorsqu'ils sont employés pour désigner l'espèce humaine d'une part ("les droits de l'homme") ou l'ensemble des femmes de l'autre ("la journée de la femme"). Pour le Haut Conseil, parler de "la femme" évoque "le fantasme, le mythe, qui correspondent à des images stéréotypées et réductrices telles que la figure de 'l'Arabe' ou 'du Juif'."

La règle grammaticale selon laquelle le masculin l'emporte sur le féminin est également dans le viseur des partisans de l'écriture inclusive. En 2011, trois associations publiaient une pétition intitulée "Que les hommes et les femmes soient belles !" qui invitait à s'en débarrasser pour revenir la règle de la "proximité". Celle-ci consiste à accorder le genre de l'adjectif avec celui du plus proche des noms qu'il qualifie, et le verbe avec le plus proche de ses sujets, comme le titre de la tribune l'indique.

Concrètement, comment l'utilise-t-on ?

Pour utiliser à la fois le masculin et le féminin pour désigner un groupe mixte, plusieurs solutions s'offrent à vous. Elles sont résumées par l'agence de communication Mots-Clés, qui a publié en janvier 2017 un Manuel d'écriture inclusive et organisé dans la foulée une dictée féministe.

L'emploi de mots épicènes. Il s'agit de termes dont la forme ne varie pas, que la personne désignée soit un homme ou une femme. 

Exemples : les cadres, les fonctionnaires, les propriétaires, les guides, les interprètes...

La mention des termes féminins et masculins à la suite. C'est le plus évident, mais aussi le plus long à écrire. Plutôt que de placer à chaque fois le terme masculin en premier par habitude, ou le contraire par une prétendue galanterie, la professeure de littérature et auteure de Non le masculin ne l'emporte pas sur le féminin ! Eliane Viennot recommande d'utiliser l'ordre alphabétique.

Exemples : les agriculteurs et agricultrices, les lycéennes et les lycéens, l'égalité femme-homme...

L'accord de proximité. Comme expliqué plus haut, il faut pour utiliser cette règle accorder le genre de l'adjectif avec celui du plus proche des noms qu'il qualifie.

Exemples : les instituteurs et les institutrices sont enthousiasmées, les femmes et les hommes sont ravis...

L'utilisation du point médian. C'est cette solution qui suscite le plus de moqueries chez les détracteurs de l'écriture inclusive. Elle consiste à utiliser le signe "·", appelé point médian ou parfois point milieu, pour condenser l'emploi des deux genres en un seul mot. Pour faire apparaître ce point, il faut taper Alt+0183 sur Windows, ou Alt+Maj+F sur Mac. Ce signe a été choisi "en raison de sa discrétion et de son unicité d'emploi, car tous les autres ont un autre usage", explique Eliane Viennot à franceinfo. Pour des raisons de lisibilité, ils convient de l'utiliser dans les cas "où seulement une lettre ou deux distinguent le féminin du masculin", précise la spécialiste.

Exemples : les Français·es sont divisé·es sur cette réforme, les employé·es de cette maison de retraite se sont mis·es en grève...

Que disent ses détracteurs ?

Il suffit de parcourir les commentaires des articles traitant de l'écriture inclusive pour constater que le sujet déclenche des polémiques virulentes. Outre l'apparition du point médian, jugé disgracieux, on retrouve le fait qu'une réforme de l'écriture serait une question secondaire par rapport à d'autres combats, comme la lutte pour l'égalité salariale entre les femmes et les hommes, par exemple.

L'accord de proximité des adjectifs, qui vise à remplacer la règle qui veut que le masculin l'emporte sur le féminin, provoque également le scepticisme de l'Académie française. Interrogé par Le Monde début 2012, Patrick Vannier, chargé de mission au service du dictionnaire de l'Académie, y voyait une simple "mode". Et mettait en avant un autre aspect des reproches souvent faits à ce type d'écriture : l'attachement presque affectif aux règles apprises à l'école.

L'Académie ne cède pas aux modes, elle s'inscrit dans la durée. Et c'est normal : nous sommes tous attachés à la langue que nous avons apprise. Les réformes de l’orthographe demandent toujours du temps pour s'installer dans l'usage.

Patrick Vannier, chargé de mission au service du dictionnaire de l'Académie française

au "Monde"

Face à la ressurgence du débat, l'Académie a fini par réagir très officiellement, le 26 octobre dernier. "La démultiplication des marques orthographiques et syntaxiques [que l'écriture inclusive] induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité", explique-t-elle dans un communiqué.

Devant cette aberration 'inclusive', la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

L'Académie française

dans un communiqué

Les Immortels ont pourtant assoupli leur position au sujet de la féminisation des métiers. En 2002, ils qualifiaient les "néologismes comme agente, cheffe, maîtresse de conférences, écrivaine, autrice" de véritables "aberrations lexicales" et demandaient de ne pas employer les mots "députée" ou "sénatrice".

Douze ans plus tard, l'Académie a quelque peu revu sa position. S'appropriant les conclusions de la Commission d'enrichissement de la langue française [une assemblée placée sous l'autorité du Premier ministre], elle estimait fin 2014 que "rien ne s'oppose" à ce que, à la "demande expresse des individus", les appellations "soient féminisées ou maintenues au masculin générique selon le cas". Mais cela seulement dans la "vie courante", et non dans les textes officiels.

Ces critiques sont-elles justifiées ?

"Le langage structure notre pensée : il ne fait pas que la refléter, il l'oriente !", rétorque dans une tribune publiée par franceinfo la professeure de littérature Eliane Viennot à celles et ceux qui estiment que réfléchir à une autre manière d'écrire est secondaire dans la bataille pour l'égalité des droits.

Si nous voulons vraiment l'égalité, nous devons nous débarrasser autant que faire se peut des travers légués par des siècles où seuls les hommes maniaient la parole publique, et le faisaient à leur avantage.

Eliane Viennot, professeure de littérature

à franceinfo

Quant à ceux qui invoquent la légitimité des leçons apprises sur les bancs de l'école pour balayer la proposition d'accorder les adjectifs avec le nom le plus proche, la spécialiste rappelle que la règle de proximité était en vigueur jusqu'au XVIIe siècle. Eliane Viennot raconte que, sous l'impulsion d'hommes "déterminés à conforter la domination masculine" et de l'Académie française, fondée en 1634, la règle précisant que le masculin l'emporte sur le féminin a fini par s'imposer.

A l'époque, la justification de cette règle n'avait pas grand-chose à voir avec l'amour des belles lettres. Dans sa Grammaire générale parue en 1767, l'académicien Nicolas Beauzée expliquait que le "genre masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle". De quoi faire dire à la professeure de littérature que trois siècles plus tard, "seul·es les partisan·es de la domination masculine devraient s'étouffer" devant l'écriture inclusive.