Nouvelles anomalies sur l'EPR de Flamanville

Une étude de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a révèlé lundi 8 juin que les soupapes du réacteur nucléaire de Flamanville ne fonctionnent pas correctement. Les explications de France 3.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Les soupapes du futur réacteur nucléaire de Flamanville (Manche) sont un élément important pour la sécurité, car elles permettent de réguler la pression de l'eau dans le circuit primaire du réacteur. Mais selon l'IRSN, des défaillances ont été constatées lors des essais de 2014. "Il appartient à EDF d'expliquer pourquoi il y a eu ces écarts et ensuite d'apporter des éléments pour montrer que ça ne se reproduira pas", indique le directeur adjoint de l'IRSN.

Un chantier coûteux

Ces dysfonctionnements viennent s'ajouter à la série d'anomalies relevées en avril dernier. Pour l'association Greenpeace, la situation est alarmante. "Ne démarrons pas un réacteur qui sera ensuite contaminé, qui sera irradiant, qui posera d'énormes difficultés et qui coûtera encore plus cher", a plaidé Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire à Greenpeace France.

Le chantier de l'EPR de Flamanville est effectivement coûteux : plus de 8 milliards d'euros, et il accumule de plus en plus de retard. La mise en service du réacteur de Flamanville a déjà été reportée à 2017.

Le JT
Les autres sujets du JT
La construction d\'un réacteur EPR à la centrale nucléaire de Flamanville (Manche), le 19 février 2014.
La construction d'un réacteur EPR à la centrale nucléaire de Flamanville (Manche), le 19 février 2014. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)