Projet de loi de bioéthique : ce que disent les études et les experts sur les enfants élevés dans des familles homoparentales

Les opposants à l'extension de la PMA aux femmes lesbiennes et l'Académie de médecine pointent des "risques" pour le développement des enfants et critiquent la méthodologie des études menées sur la question.

La grande majorité des travaux menés depuis 50 ans ne démontre rien d\'atypique chez les enfants qui grandissent dans des familles homoparentales.
La grande majorité des travaux menés depuis 50 ans ne démontre rien d'atypique chez les enfants qui grandissent dans des familles homoparentales. (CAIA IMAGE / SCIENCE PHOTO LIBRARY / AFP)

La question ne cesse d'agiter les débats autour de l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes : les enfants élevés dans des familles homoparentales sont-ils aussi heureux et épanouis que les autres ? C'est une crainte brandie surtout par les opposants. Alors que l'article premier du projet de loi de bioéthique a été adopté à l'Assemblée nationale, vendredi 27 septembre, des députés dénoncent les risques d'une "PMA sans père", expression empruntée à La Manif pour tous.

Dans son avis officiel, rendu quelques jours plus tôt, l'Académie de médecine (ANM) va dans le même sens. Elle estime que l'ouverture de l'accès à la PMA aux lesbiennes et aux femmes célibataires constitue "une rupture anthropologique majeure, qui n'est pas sans risques pour le développement psychologique et l'épanouissement de l'enfant". L'ANM soulève deux points d'inquiétude : l'absence de père, une figure qui "reste fondatrice" pour l'enfant, et la méthodologie des études menées sur la question, jugées "pas très convaincantes"

Que disent réellement ces études ? Sont-elles vraiment lacunaires ? Comment un enfant se développe-t-il sans père biologique à ses côtés ? Franceinfo s'est penché sur les travaux conduits depuis les années 1970 auprès de familles homoparentales, avec l'œil de sociologues, de pédopsychiatres et de médecins spécialistes du sujet.

Quelle est l'étendue du corpus scientifique sur l'homoparentalité ?

L'homoparentalité est étudiée depuis une cinquantaine d'années. Au total, on recense quelque 700 études scientifiques sur le sujet, dont une petite partie consacrée au développement des enfants. Les toutes premières ont été lancées dans les années 1970, aux Etats-Unis, à la demande de magistrats et travailleurs sociaux, qui devaient décider s'ils pouvaient confier la garde d'un enfant à un parent homosexuel, notamment à la suite d'un divorce.

"Ces études portaient sur quatre grands types de questions", explique Martine Gross, sociologue au CNRS, à franceinfo. Il s'agissait d'abord d'interroger l'orientation sexuelle et l'identité de genre des enfants. "On craignait beaucoup qu'ils deviennent homosexuels ou développent des troubles du genre", explique-t-elle. Ces études portaient aussi sur leur développement personnel, leurs relations sociales avec leurs pairs et avec les adultes. Et sur une crainte répandue à l'époque, selon laquelle "ces enfants risqueraient davantage que d'autres d'être victimes d'abus sexuels de la part de leurs parents ou d'amis de leurs parents", détaille Martine Gross, dans son essai Idées reçues sur l'homoparentalité.

En France, ces recherches ont longtemps été inexistantes, alors "qu'étaient recensées plus de 200 références bibliographiques d'études menées principalement aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, mais aussi en Belgique et aux Pays-Bas", souligne Martine Gross, dans son article "Quand et comment l'homoparentalité est-elle devenue un objet 'légitime' de recherche en sciences humaines et sociales" ? Ces lacunes s'expliquent notamment par la législation française, qui ne permettait pas aux couples homosexuels d'adopter des enfants ou de recourir à la PMA.

La première publication française centrée sur le développement de ces enfants date de 2000, dans la foulée des premiers débats autour du pacs, teintés d'une virulente critique de l'homoparentalité. Il s'agit de la thèse du pédopsychiatre Stéphane Nadaud, intitulée Approche psychologique et comportementale des enfants vivant en milieu homoparental. La seule autre étude emblématique publiée dans l'Hexagone sur cette question date de 2005 : deux professeurs de psychologie, Benoît Schneider et Olivier Vecho, ont exploré trente ans de publications sur l'homoparentalité et le développement de l'enfant.

Que disent ces études ?

Globalement, aucune ne démontre quoi que ce soit d'atypique chez les enfants élevés par des parents homosexuels. "Les recherches réalisées aux Etats-Unis et en Europe du Nord tendent à montrer qu'il n'y a pas d'impact majeur de l'homoparentalité sur le bien-être et le devenir psychologique des enfants", écrivent Olivier Vecho et Benoît Schneider. "On observe, ici et là, quelques différences, tantôt à l'avantage, tantôt au détriment des enfants. Mais au final, rien jusqu'ici ne permet de conclure à une plus grande vulnérabilité de ces enfants", nuance Olivier Vecho, dans le journal suisse Le Temps. Les enfants "ne se portent ni mieux, ni moins bien", confirme Martine Gross à franceinfo.

C'est aussi ce que concluent les recherches menées par Susan Golombok, qui jouissent d'une reconnaissance internationale. Cette psychologue britannique, directrice du Centre for Family Research à l'université de Cambridge, étudie depuis plus de quarante ans les familles "non traditionnelles", à travers d'innombrables études longitudinales (menées sur plusieurs années). Ses conclusions, présentées en 2017 lors du 15e Congrès de la Société suisse de psychologie, sont les suivantes : "La qualité des relations interpersonnelles au sein d'une famille est plus importante pour le développement d’un enfant que la structure dans laquelle il grandit", rapporte Le Temps. Lors de ce congrès, Susan Golombok balaie aussi l'idée reçue selon laquelle la structure familiale aurait un impact sur l'orientation sexuelle des enfants.

Dans une de nos recherches, plus de 90% d’enfants de parents homosexuels s’identifiaient comme hétérosexuels à l’âge adulte. De plus, cet environnement n’exacerbe pas forcément la masculinité chez une fille ou la féminité chez un garçon.Susan Golombok, psychologue britanniquedans "Le Temps"

Une autre étude anglo-saxonne notable a été publiée en 2018 (PDF, en anglais) par Nanette Gartrell. Médecin et psychiatre, elle dirige depuis les années 1980 la National Longitudinal Lesbian Family Study (en anglais). Cette étude de suivi, fondée par des lesbiennes, est la première recherche de longue durée menée sur les enfants de couples de femmes. Depuis 1986, à l'aide de questionnaires et d'entretiens, une équipe internationale de chercheurs a suivi 77 enfants de mères lesbiennes, de leur naissance à leurs 25 ans. Les conclusions de cette longue étude ? "Ces jeunes gens ne sont pas différents de la population générale du point de vue de leur santé mentale", assure la chercheuse dans Le Monde"Le doute n'est donc plus permis", selon elle.

Côté français, Stéphane Nadaud a étudié une cohorte de 58 enfants, entre 4 et 16 ans, tous élevés par des parents homosexuels. Il en tire deux grandes conclusions, similaires aux travaux anglo-saxons : "Premièrement, les profils comportementaux de cette population ne semblent pas différer de ceux de la population générale", résumait-il, en 2002, dans L'Humanité. Aussi, il "démontre que l'homosexualité du parent ne semble pas comporter en soi de facteurs de risques pour l'enfant", ajoute-t-il. Parmi les enfants qui ont participé à ses recherches, "ceux qui semblent avoir le plus souffert sont ceux nés dans une famille de parents hétérosexuels, puis qui ont vécu la séparation de leur père et de leur mère et qui sont ensuite éventuellement élevés par une famille homoparentale", précise-t-il.

Sont-elles fiables ?

Les opposants à l'extension de la PMA aux couples de femmes alertent régulièrement sur la dimension "partisane" de ces travaux. Lors de son audition début septembre par la Commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi de bioéthique, le pédopsychiatre psychanalyste Pierre Lévy-Soussan, ouvertement anti-mariage pour tous et anti-PMA pour toutes, a ainsi regretté que ces études aient "toutes été conduites avec un objectif militant : montrer que tout va bien pour les enfants accueillis par un couple de même sexe". Martine Gross rejette en bloc ces accusations : "Pour discréditer le travail des scientifiques, on entend souvent dire : 'ce sont des chercheurs militants !', s'agace-t-elle. Ce n'est pas parce qu'on a des résultats conformes à ce que les militants attendent que les scientifiques qui les ont trouvés sont eux-mêmes militants."

La chercheuse concède toutefois un biais : la plupart des participants à ces recherches sont recrutés au sein d'associations militantes, ou grâce à des annonces passées dans la presse LGBT. Une méthode qui pourrait, selon elle, influer sur l'objectivité des répondants. Le problème a toutefois tendance à disparaître, puisque les chercheurs se tournent désormais de plus en plus vers les cliniques de fertilité et la presse généraliste, afin d'obtenir des cohortes plus diversifiées. Autre reproche formulé : la taille limitée des échantillons, qui ne concernent souvent que quelques dizaines de sujets, une centaine tout au plus. Et il est difficile d'estimer leur représentativité, car il n'existe pas de données précises et récentes sur le nombre de familles homoparentales en France. 

Lancée en 2014, l'enquête Devhom sera la prochaine étude française d'envergure. Les premiers résultats sont attendus en 2020. Menée par une équipe pluridisciplinaire de 15 chercheurs – sociologues, anthropologues, psychologues cliniciens et psychanalystes – elle se présente comme la "première étude de grande ampleur sur les familles homoparentales en France". Au total, 150 familles ont été recrutées pour l'axe quantitatif de la recherche. Mais seulement une vingtaine d'enfants font partie du panel des entretiens qualitatifs.

"Il y a forcément des limites dans la science : on ne peut pas être toujours représentatif de tout", reconnaît Virginie Rozée, chercheuse à l'Institut national d’études démographiques (Ined).

Toutes les études convergent vers le fait que les enfants issus de PMA se développent comme les autres et aucune ne parvient à démontrer le contraire.Virginie Rozée, chercheuse à l'Inedà franceinfo

Il n'existe en effet, à ce jour, aucune étude sérieuse démontrant les risques encourus par les enfants nés dans une famille homoparentale. Les deux grandes séries de travaux massivement brandies par les anti-PMA ont ainsi été démontées par la communauté scientifique. La première, publiée par le psychologue américain Paul Cameron, cherchait à prouver une transmission mécanique de l'homosexualité à l'enfant. Ce militant actif contre les droits des homosexuels a été radié de plusieurs associations professionnelles. Ses pairs ont dénoncé ses erreurs méthodologiques (dans la sélection des échantillons de population, les méthodes d'enquête et l'analyse des résultats) et condamné "les violations des principes éthiques" de sa profession et ses "représentations erronées", comme l'explique la faculté de psychologie (en anglais) de l'université de Davis, en Californie.

La seconde étude, menée par le sociologue Mark Regnerus à l'université du Texas et publiée en 2012, a également suscité une vive polémique. Il affirmait que les enfants de couples de même sexe rencontraient plus de difficultés sur le marché du travail, avaient plus de risque de faire une tentative de suicide ou de consommer des drogues. Là encore, ses pairs dénoncent des fautes méthodologiques. "En plus d’avoir compté des réponses non valables de la part de certains participants", selon Slate, Mark Regnerus a interrogé des enfants dont au moins un parent avait eu une relation amoureuse avec une personne du même sexe au cours de sa vie, et non des enfants élevés par des couples homosexuels. Malgré ses lacunes, l'étude reste relayée, y compris en France, par des opposants à l'homoparentalité et au mariage pour tous, comme Christian Vanneste, Christine Boutin ou Alliance Vita. 

Peut-on conclure que les spécialistes sont unanimes sur le bon développement de ces enfants ?

Malgré le consensus des études scientifiques, et la bienveillance globale des pédopsychiatres sur la question, quelques psychanalystes continuent à afficher leurs réticences sur le devenir des enfants conçus par PMA dans des familles homoparentales. "Ils n'accordent que peu de crédit aux études empiriques issues des champs de la psychologie du développement et des sciences cognitives, expérimentales et sociales", constate Martine Gross dans son essai Idées reçues sur l'homoparentalité.

La psychanalyste Geneviève Delaisi de Parseval, auteure de La Construction de la parentalité dans les couples de même sexe (PUF, 2001), note ainsi que les études publiées jusqu'ici "n'ont pas beaucoup de sens pour la psychanalyse, puisqu'il faut au moins trois générations pour se rendre compte des conséquences des 'atypies de conception' comme la PMA ou l'adoption", assure-t-elle. La psychanalyste fait ici référence à une idée de Françoise Dolto. La pédiatre et psychanalyste écrivait, dans Le Cas Dominique, qu'il fallait "trois générations pour faire un psychotique"

Pour son confrère Serge Hefez, "la troisième génération est l'argument massue des psys réactionnaires". Interrogé par franceinfo, le psychiatre et psychanalyste voit régulièrement des enfants de couples homosexuels en consultation. "Ce sont des enfants comme les autres, élevés comme les autres avec des parents souvent très soucieux de leur éducation", assure-t-il.

Ce sont même plutôt des enfants très fiers de leur famille, au sens où il a fallu qu'ils combattent le regard extérieur pour être reconnus eux-mêmes dans leur vie sociale : ça crée des unités familiales très solidaires.Serge Hefez, psychiatre et psychanalysteà franceinfo

Le professeur de psychopathologie Alain Ducousso-Lacaze, qui coordonne l'étude Devhom, apporte une précision supplémentaire. A une vingtaine d'enfants de 9 à 10 ans, élevés par de couples homosexuels, il a demandé de dessiner leur famille. "Tous les enfants représentent la succession des générations de manière banale : ils dessinent les grands-parents, les parents puis eux. Jamais le donneur", décrit-il à franceinfo. Il note toutefois que "ces configurations familiales exigent des efforts de pensée peut-être plus importants que les familles classiques". "Un peu comme dans les familles recomposées", ajoute-t-il.

Que pensent-ils de la sanctuarisation de la figure du père ?

L'Académie de médecine estime que "la conception délibérée d'un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure" et n'est "pas sans risque" pour le "développement psychologique" des enfants. Selon elle, "l'existence de deux mots distincts, père et mère, signifie que l'un ne peut se substituer à l'autre car le rôle des mères et des pères n'est pas équivalent".

Une hérésie pour Serge Hefez. "Cela fait déjà des décennies qu'en cas de garde alternée, chacun des deux conjoints occupe l'une des deux fonctions alternativement", contre-t-il. "Les rôles du père et de la mère se sont largement transformés, pour tout le monde", assure encore le spécialiste. Le pédopsychiatre Bernard Golse, qui a présidé le conseil national d'accès aux origines personnelles (CNAOP) de 2005 à 2008, ne dit pas autre chose.

Tout ne se joue pas de manière aussi caricaturale. C’est insultant pour les gens élevés sans père.Bernard Golse, pédopsychiatreà franceinfo

"Moi je remplace 'père' par 'tiers'. Il faut un tiers symbolique, même si ce n'est pas un père", explique-t-il à franceinfo. Il insiste en outre sur le fait que dans un couple, y compris hétérosexuel, les femmes ont des composantes masculines et les hommes des composantes féminines. "Dans les couples homosexuels féminins, on envisage les deux composantes, masculine et féminine, de chacune. Il faut travailler chacune de ces composantes pour que l'enfant puisse s'en servir pour se construire", détaille le pédopsychiatre.

Dans ses études longitudinales, Nanette Gartrell a beaucoup analysé la place du père pour les enfants conçus par don de sperme. Elle explique au Monde que la moitié des adolescents interrogés affirment qu'ils ont "un ou des hommes qui leur servaient d'exemple, de modèle". Ces données lui ont également permis de déterminer que "la présence ou l'absence d'un tel modèle masculin n'avait aucun impact sur leur bien-être". Et la psychiatre de conclure que personne ne lui a jamais demandé "si les enfants avaient besoin d'un modèle féminin pour s'épanouir".