"Parent 1, parent 2" : une mesure qui divise

Alors que la mesure se veut plus juste, et moins discriminante pour les couples homosexuels, la mention "parent 1, parent 2" est vivement critiquée par l'extrême droite. 

À la rentrée des classes, c'est toujours le même rituel : des questionnaires à remplir, et une mention "père, mère" qui pourrait bientôt disparaître, au profit d'une nouvelle formule, moins discriminante, adoptée en première mesure par les députés. "Parent 1, parent 2", convient ainsi mieux aux parents homosexuels. Un choix qui ne fait pas l'unanimité, notamment à l'extrême droite. 

Une alternative proposée 

"On peut avoir deux mamans, ou deux papas, ça permet d'avoir une meilleure égalité", confie une interrogée. La Manif pour tous a évidemment réagi, et dénonce un texte "déshumanisant". Quelques membres de la droite montent aussi au créneau, comme Valérie Pécresse, qui déclarait sur Twitter : "Je ne suis pas le 'parent 2' de mes enfants... Je suis leur mère ! Qui a envie d'être le parent n°2 ?". Face à cette polémique, une alternative pourrait être proposée en deuxième lecture, qui permettrait d'avoir plusieurs combinaisons, en cochant "père, père", "père, mère" ou "mère, mère". 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un couple de femmes homosexuelles tiennent leur enfant, le 17 septembre 2010 à Paris.
Un couple de femmes homosexuelles tiennent leur enfant, le 17 septembre 2010 à Paris. (CELINE MIHALACHI / AFP)