Adoption : discriminations en Seine-Maritime

Dans la longue liste d'attente pour adopter un enfant, les couples homosexuels ne sont pas prioritaires, sauf si les enfants sont "atypiques". Ces propos ont été tenus par la responsable du service adoption du conseil départemental de Seine-Maritime, et provoquent depuis un tollé.

FRANCE 3

Les propos prononcés hier, lundi 18 juin, par Pascale Lemare, continuent de choquer. Sur l'antenne de nos confrères de France Bleu, voici ce que disait la responsable du service adoption du département au sujet des couples homosexuels : "Eux-mêmes sont un peu atypiques par rapport à la norme (...), donc si leur projet supporte des profils d'enfants atypiques (...) ils ne seront pas prioritaires, mais ils ne seront pas exclus du tout de l'adoption". Dès hier, le gouvernement a réagi par l'intermédiaire du secrétaire d'État de la fonction publique. Sur Twitter, il parle de propos "contraires aux principes de neutralité, d'égalité et de refus des discriminations qui caractérisent la fonction publique".

L'Association des familles homoparentales a porté plainte

Le président de Seine-Maritime, Pascal Martin, a également demandé qu'un audit extérieur soit réalisé dans les prochains jours pour avoir une vision claire au sujet des procédures d'agrément délivrées par le département. Pour l'instant, il ne compte pas sanctionner la fonctionnaire, mais il condamne. De son côté, l'Association des familles homoparentales, très impliquée sur les questions d'adoption, a décidé ce matin, mardi 19 juin, de porter plainte pour discrimination.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un couple d\'hommes avec un bébé sur les quais de Seine à Paris, le 15 octobre 2017.
Un couple d'hommes avec un bébé sur les quais de Seine à Paris, le 15 octobre 2017. (MAXPPP)