Le malaise des policiers

Fatigue, incompréhension avec les magistrats, sentiment d'impuissance... Les fonctionnaires de police ont de nombreux griefs. Ils se confient à France 2.

FRANCE 2

Les policiers manifestent en masse ce mercredi 14 octobre. Ils dénoncent un manque de moyens, d'effectifs et un excès de clémence de la part de la justice. L'affaire du policier gravement blessé la semaine dernière par un détenu en cavale - qui avait profité d'une permission de sortie - a mis le feu aux poudres.

Le lieutenant Didier Rendu, lui, a été agressé lors d'une interpellation l'année dernière et a été arrêté pendant trois mois. Son agresseur n'a été condamné qu'à quatre mois de prison avec sursis. "Ça vous laisse un sentiment d'aigreur lorsque vous voyez cet individu sortir du tribunal et vous regarder avec un sourire", confie le policier à France 2.

"On ne peut pas tout faire"

Le fossé entre police et justice se creuse. "On est capable d'interpeller, dans le même mois, quatre à cinq fois la même personne", déclare Jessica Palayer, gardienne de la paix. La multiplication des opérations de surveillance, notamment depuis les attentats de janvier, provoque davantage de fatigue. "On ne peut pas tout faire", assure Edouard Cousin, lui aussi gardien de la paix.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers patrouillent au jardin du Palais-Royal, à Paris, le 8 septembre 2015. 
Des policiers patrouillent au jardin du Palais-Royal, à Paris, le 8 septembre 2015.  (FLORIAN DAVID / AFP)