Agression transphobe de Julia Boyer : un homme condamné à 10 mois de prison dont 6 mois ferme

L'agression de cette femme trans de 31 ans, place de la République, à Paris, filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, avait mis en lumière les violences transphobes.

Julia Boyer, 31 ans, au tribunal de Paris, le 22 mai 2019.
Julia Boyer, 31 ans, au tribunal de Paris, le 22 mai 2019. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Il est condamné pour "violences commises en raison de l'identité de genre". L'agresseur de Julia Boyer, femme trans frappée et insultée place de la République à Paris fin mars, a écopé d'une peine de 10 mois de prison, dont 6 mois ferme, mercredi 22 mai. Il devra également verser 3 000 euros de dommages et intérêts à la victime.

A la sortie du tribunal, Julia Boyer a salué une "belle victoire". "Ça fera comprendre que les actes homophobes et transphobes sont punis en France", a-t-elle déclaré, tout en estimant qu'il existait "d'autres moyens" que la prison pour sensibiliser à la question de la transphobie. Avant la tenue du procès, elle avait exprimé, auprès de franceinfo, son souhait de voir son agresseur effectuer un travail d'intérêt général au sein d'une association LGBT.

Le 31 mars, en pleine manifestation contre l'ex-président algérien Adelaziz Bouteflika, Julia Boyer avait tenté d'entrer dans la station de métro de la place de la République lorsqu'elle avait été agressée et insultée par plusieurs hommes. L'un d'eux lui avait assené plusieurs coups au visage, pendant que la foule scandait une chanson humiliante. Filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, la scène avait provoqué l'indignation.