Le doggy-bag peine à s'imposer en France

Ramener chez soi les restes d'un repas au restaurant est une pratique peu courante en France. Dans l'Yonne, un restaurant essaye de bousculer les mœurs. Le reportage de France 3.

FRANCE 3

Aux États-Unis, le doggy-bag dans les restaurants est roi. Outre-Atlantique, on n'hésite pas à demander aux patrons une sacoche contenant les restes de son repas. Mais en France, cette pratique est peu répandue.

En moyenne, lors d'un repas au restaurant, 230 grammes de nourritures sont jetés. Mais les consommateurs français ressentent une gêne à l'idée de ramener leurs restes. Ils craignent d'être taxés de radins. "Si je peux me payer un restaurant, ce n'est pas pour emmener...", confie un client d'un restaurant d'Auxerre (Yonnne).

Objectif : lutter contre le gaspillage

Dans cet établissement icaunais, le doggy-bag n'est pourtant pas tabou, au contraire. Sandy, la serveuse, le propose systématiquement. Et quand les clients refusent, il existe une autre solution : donner les restes aux clients pour... leurs animaux.

Dans le plan de lutte contre le gaspillage alimentaire, le doggy-bag est une piste idéale. Mais il faudra du temps pour que cette pratique entre dans les mœurs françaises.

Le JT
Les autres sujets du JT
Plus les assiettes sont grandes, plus on est tenté de beaucoup manger. 
Plus les assiettes sont grandes, plus on est tenté de beaucoup manger.  (TIM MACPHERSON / GETTY IMAGES)