Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Tibhirine : "On va te faire comme Djebbar M'henna a fait aux moines"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Dans un entretien réalisé en décembre 2014, Mourad Bouakaz, affirmant être un ancien informateur des services secrets algériens, désigne ceux qui lui semblent être les auteurs de la mort des sept moines français enlevés en 1996 à Tibhirine en Algérie. Supplément au "13h15 le samedi" du 15 août.

Mourad Bouakaz, qui affirme être un ancien informateur des services secrets algériens à Oran, dit de Djamel Zitouni, ancien chef du Groupe islamique armé (GIA) ayant revendiqué en 1996 l'enlèvement des moines de Tibhirine, qu'il est "un agent des services algériens". Il le sait grâce à son expérience de "leurs méthodes de travail, qui n'ont pas changé".

Le Département du renseignement et de la sécurité (DRS), pour lequel il aurait travaillé dès 2007, lui a demandé de "monter au maquis pour [se] faire passer pour un islamiste. Et si j'y étais monté, peut-être aurais-je reçu le commandement de tuer ou de faire des attentats. C'est pour ça que j'ai fui en France", affirme Mourad Bouakaz, réfugié dans l'Hexagone depuis quelques mois. Il a été entendu en janvier dernier à Paris par le juge Marc Trévidic, chargé de l'enquête.

"Je sais que j'aurai des représailles"

Son chef, le colonel "Rostom", lui a dit un jour : "Bouakaz, tu nous fais peur. Si tu nous trahis un jour, on va te faire comme Djebbar M'henna a fait aux sept moines français. Il était colonel au CTRI [Centre territorial de recherche et d'investigation de Blida, une ville proche de Tibhirine] au moment de l'enlèvement des moines", affirme-t-il. Le colonel Djebbar M'henna travaillait sous les ordres des généraux Smaïn Lamari et Mohamed Médiène, dit "Toufik".

"Aujourd'hui, j'ai compris que Djebbar M'henna est celui qui a exécuté, de près ou de loin, les moines français", accuse Mourad Bouakaz, considéré en Algérie "comme un traître"... "Je sais que j'aurai des représailles, mais je dis la vérité pour que ces criminels soient punis par la loi."

> Autres temps forts :
- Tibhirine : "Qui a tué les sept moines ?" (bande-annonce)
- Tibhirine : "Les moines étaient aux mains de quelqu'un qui ne voulait pas les tuer"
- Tibhirine : "On aura la vérité... Uniquement si personne ne lâche !"

> Ces vidéos sont extraites du document "Moines de Tibhirine, sept morts sur ordonnance" diffusé dans 13h15 le samedi du 15 août 2015, magazine d'information présenté par Jean-Baptiste Marteau sur France 2. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.