Roms et gens du voyage : plainte de SOS Racisme contre Estrosi et Le Pen

L'association accuse les deux hommes politiques de "provocation à la haine et à la discrimination ethniques", après leurs propos polémiques prononcés début juillet.

Le député-maire UMP de Nice (Alpes-Maritimes), Christian Estrosi, lors d\'une conférence de presse, le 6 juin 2013.
Le député-maire UMP de Nice (Alpes-Maritimes), Christian Estrosi, lors d'une conférence de presse, le 6 juin 2013. (VALERY HACHE / AFP)

SOS Racisme l'avait promis. Voilà qui est fait. L'association a porté plainte contre Christian Estrosi et Jean-Marie Le Pen, mardi 30 juillet, pour "provocation à la haine et à la discrimination ethniques, non suivie d'effet", "discrimination par refus d'appliquer une loi" et "violences, sans incapacité, pour raisons ethniques". En cause, des propos controversés prononcés au début du mois de juillet, visant la communauté des Roms et celle des gens du voyage.

Interrogé sur l'occupation illégale de terrains par des gens du voyage dans sa ville, le député-maire UMP de Nice (Alpes-Maritimes) avait promis début juillet de "mater" les tziganes, en qualifiant de "délinquants" ceux qui installent leurs caravanes sans autorisation. Quant à Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du FN, il avait qualifié la présence de Roms d'"urticante" et "odorante" dans la ville de Nice, où il s'était déplacé le 4 juillet.

La plainte a été déposée par Amadou Diallo, président de l'antenne niçoise de SOS racisme. "Au-delà des dispositions de la loi qui répriment les propos discriminatoires de M. Estrosi, nous dénonçons la banalisation du discours raciste et xénophobe", a-t-il expliqué. Aussitôt, Christian Estrosi a fait part de son intention de poursuivre à son tour SOS Racisme "pour diffamation et dénonciation calomnieuse".