Loi immigration : Olivier Dussopt dit vouloir "tout faire pour éviter le 49.3"

Toutefois, le ministre du Travail a affirmé que l'utilisation du 49.3 pour faire passer la future loi immigration "fait partie évidemment des hypothèses".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, le 24 avril 2023, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

Le gouvernement passera-t-il de nouveau en force à l'Assemblée ? Le ministre du Travail a jugé, mardi 25 avril, qu'il faudrait "tout faire pour éviter" d'adopter la future loi sur l'immigration par un nouveau 49.3. Toutefois, interrogé sur CNews à propos de cette éventualité, Olivier Dussopt a concédé que cela faisait "partie évidemment des hypothèses".

"Mais à chaque fois que nous pouvons construire une majorité, nous le faisons", a-t-il précisé, rappelant sur "30 textes adoptés par le Parlement, seuls trois ont fait l'objet d'un 49.3", dont la réforme des retraites. Le ministre a rappelé que dans cette future loi, le gouvernement ferait en sorte que "les personnes qui sont là depuis un certain temps, qui travaillent dans des secteurs considérés comme en tension avec un contrat de travail régulier, puissent obtenir un titre de séjour", hypothèse qui hérisse la droite.

"Vouloir en découdre, ça ne fait pas partie de la démocratie"

Olivier Dussopt a par ailleurs fustigé les "casserolades" réservées aux membres du gouvernement après l'adoption de l'impopulaire réforme des retraites par le 49.3. Dans la foulée d'épisodes similaires, les déplacements de plusieurs ministres ont été perturbés lundi par des concerts de casseroles en guise de protestation contre la réforme des retraites. "S'exprimer et manifester, ça fait partie de la démocratie, vouloir en découdre, ça ne fait pas partie de la démocratie", a jugé le ministre du Travail.

"C'est une volonté de censurer, c'est une volonté de La France insoumise et de quelques organisations d'extrême gauche d'interdire de prise de parole ceux qui ne pensent pas comme eux, c'est une drôle de conception de la démocratie", a-t-il encore déclaré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.