DIRECT. Centenaire du 11-Novembre : regardez la nuit documentaire consacrée à la série "Apocalypse"

Ce direct est terminé.

A l'occasion des commémorations du centenaire de l'armistice, dimanche 11 novembre, France 2 et franceinfo.fr diffusent à 21 heures le documentaire inédit Apocalypse, la paix impossible, dans lequel les réalisateurs Isabelle Clarke et Daniel Costelle racontent les turbulences qui ont eu lieu après la Première Guerre mondiale de 1918, jusqu'au krach boursier de 1929. Il sera suivi, à partir à 22h30, des rediffusions d'Apocalypse, la Première Guerre mondiale et d'Apocalypse Verdun.

"Apocalypse, la paix impossible"

Au sortir de la Première Guerre mondiale, l'humanité survivante prend conscience que le monde d'hier a définitivement disparu dans des abîmes de souffrances. Alors que les dirigeants des pays vainqueurs bâtissent un nouvel ordre planétaire, les peuples traumatisés tentent de revivre. Les empires russe, allemand, austro-hongrois et ottoman éclatent, et sur tous les continents naissent de nouvelles nations, souvent conçues dans la douleur. S'ouvre alors une période d'équilibre précaire, où la haine, la peur et la rancœur ressurgissent des profondeurs des sociétés, semant le chaos dans le nouvel ordre mondial.   

"Apocalypse, la Première Guerre mondiale"

La série de cinq épisodes est réalisée à partir de plus de 500 heures d'archives cinématographiques. Les images mises en couleurs, souvent inédites, témoignent des combats meurtriers, ainsi que de la vie des soldats, des civils et des gouvernants. Le film balaie tous les champs de bataille, des tranchées du Nord au Proche-Orient, en passant par les montagnes italiennes et les fronts moins connus, comme ceux de Russie, de Serbie, de Turquie et de Palestine. 

"Apocalypse Verdun"

Pendant 300 jours et 300 nuits, du 21 février au 18 décembre 1916, cette région de la Meuse est le théâtre des pires affrontements de la Première Guerre mondiale entre Français et Allemands, connus comme la bataille de Verdun. Un tournant de la Grande Guerre et, pour les poilus, le symbole de toutes ses horreurs. Les pertes humaines – tués et blessés – s'élèvent à 362 000 côté français et à 336 000 côté allemand.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==