Violences entre bandes : "La médiatisation encourage le phénomène", estime le sociologue Gérard Mauger

Ce spécialiste, auteur du livre "La sociologie de la délinquance juvénile", décrypte pour franceinfo les récentes rixes qui se sont multipliées en Ile-de-France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min.
Des journalistes devant le collège près duquel une jeune fille a été poignardée, le 23 février 2021 à Saint-Chéron (Essonne). (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Nouvelle rixe violente en Ile-de-France. Deux adolescents ont été grièvement blessés à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) dans des affrontements entre bandes rivales, lundi 8 mars, quelques semaines après les combats mortels qui ont endeuillé l'Essonne. Spécialiste du sujet et auteur du livre La sociologie de la délinquance juvénile (La Découverte, 2009), le sociologue Gérard Mauger revient pour franceinfo sur un phénomène qui n'est pas nouveau, mais qui connait tout de même quelques évolutions ces dernières années.

Franceinfo : Y a-t-il, actuellement, une recrudescence des violences entre bandes rivales ou est-ce un phénomène qui a toujours existé ?


Gérard Mauger : Je n'en sais rien, parce que c'est très difficile de compter ce genre d'événements. C'est une impression si on écoute la radio et qu'on lit le journal, mais disons que cela retient spécialement l'attention des médias en ce moment parce qu'il y a eu des événements graves et successifs dans la même zone. Est-ce, pour autant, quelque chose de nouveau ? Je peux répondre catégoriquement que non. C'est très, très ancien. C'est un phénomène aussi ancien que les bandes. Les bandes, si tant est qu'il soit facile de les définir et que l'on s'en tient à un horizon historique relativement récent, remontent aux blousons noirs, dans les années 1950. Puis, il y a les loubards sur lesquels j'ai travaillé à la fin des années 1970 et aujourd'hui les jeunes des cités depuis le début des années 2000. Ce qui m'a frappé à travers mes enquêtes et ce que j'ai lu, c'est le caractère structurel ancien d'un même phénomène qui se répète à intervalles réguliers, qui attire plus ou moins l'attention.

Comment définiriez-vous une bande ?

Pour les définir, il faut dire un mot sur le recrutement, parce que c'est à peu près toujours le même. Ce sont des garçons des classes populaires en général, plutôt précarisés, très souvent en échec scolaire et qui se retrouvent en quelque sorte disqualifiés scolairement. Ils sont disqualifiés de ce fait aussi familialement comme des mômes turbulents, que les parents ont toutes les peines à contrôler. Ils tendent à se regrouper entre eux parce qu'ils ont ces différents éléments en commun, outre le voisinage ou le même établissement scolaire. Ils se regroupent sur la base de leur proximité sociale et de leur proximité géographique.

Et qu'est-ce qu'ils font ? On peut le résumer en disant qu'il s'agit au fond de cultiver collectivement les ressources dont ils disposent : la force physique et les valeurs de virilité. 

"Il s'agit d'être costaud, de pas avoir peur, d'être capable de faire face, d'être un homme, dans la définition qu'en font ces jeunes. C'était vrai avec les blousons noirs et avec les loubards, c'est vrai pour les jeunes des cités aujourd'hui. C'est la constante de longue durée."

Gérard Mauger

à franceinfo

C'est ce que j'ai appelé "le capital agonistique", la capacité à faire face et à se battre. Ce capital se mesure et se manifeste dans les affrontements au sein des bandes, mais l'exercice principal pour en faire preuve est collectif, en se bastonnant avec la bande d'à côté. Les prétextes sont plus ou moins futiles. Ce sont toujours les mêmes d'ailleurs : "il m'a regardé de travers", "il a dragué ma sœur ou ma copine"... C'est la guerre de Troie : des prétextes futiles, mais l'objectif principal, c'est de savoir qui est le plus costaud et le plus fort.

L'autre affrontement privilégié, ce sont les affrontements avec la police. La police est perçue comme une bande rivale, qui fonctionne avec la même ressource qu'eux : du capital agonistique et les valeurs de virilité. C'est une histoire très ancienne. De ce point de vue là, je crois que c'est toujours la même chose, mais cela ne veut pas dire que rien ne change.

Justement, quelles évolutions avez-vous observées ?

La première, sans doute essentielle, c'est que les blousons noirs et la plupart des loubards de la fin des années 1970 travaillaient. Ils sortaient de l'école mais ils travaillaient dans des métiers sous-qualifiés, avec une prédilection pour les métiers de force, qu'ils exerçaient systématiquement. Pour parler comme Karl Marx, la force de travail simple valait encore quelque chose sur le marché de l'emploi. Aujourd'hui, sans diplôme, sans aucun capital scolaire, quand on n'a que ses bras, c'est difficile de trouver un boulot. Donc ils se retrouvent au chômage, dans de petits boulots, des stages de faible durée et donc aussi sans un rond.

Ce qui veut dire – deuxième changement – que dès qu'ils sont assez grands, très souvent, ils sont investis dans le "business", le trafic de drogue essentiellement, à des fins économiques et de subsistance. Un changement majeur se produit avec la connexion entre le monde des bandes et le milieu de la délinquance professionnelle.

Il y a une troisième évolution, qui est sans doute plus récente et que je connais mal, mais qui est, je suppose, vraie à travers ce que j'entends dire en ce moment : la présence des réseaux sociaux. Pendant longtemps, dans ces bagarres entre bandes, l'arbitre des élégances, c'était Le Parisien. Apparaître dans le journal, c'était un titre de gloire. Je pense que cette fonction est aujourd'hui remplacée par les réseaux sociaux. Ils peuvent se mettre en scène eux-mêmes et montrer leurs faits d'armes et leur suprématie pour tenter de la faire reconnaitre par d'autres. Je pense que cela est sans doute un facteur d'accélération.

Un autre changement est régulièrement évoqué, celui d'un niveau de violence qui serait supérieur. Qu'en pensez-vous ?

Il y a une distinction, à mon avis, à faire avec les règlements de comptes à l'arme à feu, qui sont un autre type de conflits. Des kalachnikovs, on n'en a pas encore vu dans les rixes entre bandes. Cela peut venir, je n'en sais rien, mais c'est pour les plus grands pour l'instant. Ce qu'on voit, ce sont les armes blanches, mais ce n'est pas une nouveauté. Les blousons noirs s'étaient fait connaître pour l'usage des chaînes de vélo ou de mobylette, qui étaient quand même relativement dangereuses.

Vous parliez de la focalisation des médias sur ces affrontements en ce moment. Est-ce que cette médiatisation joue un rôle ?

La médiatisation encourage le phénomène parce que ça le met en scène comme valant quelque chose. Ce sont des garçons qui sont socialement, scolairement, professionnellement disqualifiés et les voilà qualifiés comme un phénomène intéressant. Cela va, d'une certaine façon, au devant de leurs enjeux, des enjeux symboliques dont je vous parlais à propos du Parisien. C'est un des effets produits par la médiatisation. Je pense qu'on peut se demander si la prolifération, la multiplication de ces faits récents en Ile-de-France n'a pas à voir avec la médiatisation.

Il y aurait donc une logique d'imitation ?

Oui, c'est la gloire de passer à la télé, d'être dans les journaux. C'est un titre de gloire, perçu comme tel, même si c'est tragique et pas drôle. Donc, on peut se demander si, en tout cas, cette extrême médiatisation n'est pas un encouragement involontaire de ce genre d'événements.

Comment faire pour juguler ce phénomène, selon vous ?

Les solutions sont là aussi extrêmement banales. Cela fait toujours un peu incantatoire de dire cela, mais c'est important : il faut lutter contre l'échec scolaire, lutter contre la paupérisation et la dislocation des familles, le chômage endémique... C'est la mobilisation de l'Etat social, une chose évidemment fondamentale pour leur permettre d'avoir une vie de jeunes normaux : un boulot à peu près stable, se marier, avoir des enfants. Se ranger, c'était l'avenir très classique des blousons noirs. Ils faisaient le service militaire et c'était fini. A ce propos, les médias disent souvent – mais c'est faux – qu'ils sont de plus en plus jeunes et de plus en plus violents. Le plus frappant, c'est qu'ils sont au contraire de plus en plus vieux. 

"Vous voyez se prolonger le stationnement dans la bande sous une forme ou une autre, faute de pouvoir réaliser cet avenir à la fois professionnel et matrimonial banal parce qu'ils n'y arrivent pas. Cela me semble être un phénomène tout à fait important."

Gérard Mauger

à franceinfo

Il y a le travail social en général, avec des expériences intéressantes qui consistent à tenter de détourner, de canaliser et de valoriser les ressources dont disposent ces jeunes. C'est-à-dire de ne pas invalider la force physique et la virilité mais, au contraire, les utiliser à des fins moins nocives pour eux-mêmes et pour les autres que celles de la baston. Il y a le sport, évidemment. Je me souviens également que lorsque la gauche était arrivée au pouvoir avec François Mitterrand en 1981, des opérations dites "anti-été chaud" avaient été mises en place. L'une d'elle, particulièrement amusante, avait été instaurée par les CRS, qui proposaient des stages de moto. Ça avait marché du tonnerre de Dieu, parce que c'était la mobilisation de ressources qui étaient les leurs, qui permettaient de se valoriser en n'étant pas des cancres et des bons à rien. Ce type d'opérations qui mobilise les ressources dont ils disposent et qui les intéressent, dans lesquelles ils peuvent s'investir, sont bonnes à prendre en termes de travail social. C'est tout à fait utile si elles sont intelligentes et bien faites.

Que pensez-vous de la logique, suivie en Essonne par le ministre de l'Intérieur, du renforcement des effectifs de police ?

Malheureusement, cela ne sert à rien, sinon à aggraver les choses. C'est-à-dire le risque de déclencher ce qu'on appelle des violences urbaines, des rixes entre les bandes de jeunes et les flics. Je ne dis pas qu'il ne faut pas mettre des policiers. Mais pour ces faits là, à mon avis, non. Car cela supposerait qu'ils puissent identifier sur le terrain les bandes, les affrontements possibles. Bon courage. Comment les entraver ? Qu'est-ce que vous voulez qu'ils fassent ? Ils ne vont pas les surveiller indéfiniment 24 heures sur 24, c'est tout simplement impossible. Ça me semble totalement vain, et même risqué. Je ne veux pas tenir un discours bêtement anti-flics, mais j'ai peur que ce genre de remède soit pire que le mal.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.