Paris : l'affectation des collégiens sera effectuée par un algorithme dès la rentrée 2017

La nouvelle procédure d'affectation vise à favoriser la mixité sociale dans les collèges de la capitale.

Des élèves du collège Guillaume-Apollinaire, dans le 15e arrondissement de Paris, le 1er septembre 2016.
Des élèves du collège Guillaume-Apollinaire, dans le 15e arrondissement de Paris, le 1er septembre 2016. (MAXPPP)

Le système d'affectation des collégiens parisiens va changer dès la rentrée 2017. Un "Affelnet", un algorithme d'"affectation par le net", sera mis en place pour l'entrée des élèves de sixième à partir de la rentrée prochaine, rapporte Le Monde lundi 12 septembre. Le but : favoriser la mixité sociale dans les établissements parisiens.

Des "secteurs multicollèges" seront également créés, selon le recteur de l'académie, François Weil. Une douzaine de "secteurs élargis" devraient ainsi être mis en place dans des "arrondissements hétérogènes", mettant fin au système affectant les collégiens à un établissement unique en fonction de leur adresse. "Deux réunions sont programmées ces deux prochaines semaines pour définir les contours des secteurs, leur périmètre", a indiqué un membre du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem au Monde.

"Les familles listeraient trois ou quatre établissements par ordre de préférence"

Le nombre de choix que devront formuler les familles et les critères d'affectation sont pour l'instant encore flous. "On rechercherait dans chaque collège un équilibre des publics sans donner de priorité absolue à une population plutôt qu’à une autre, explique l'économiste Julien Grenet, qui accompagne l'expérimentation déjà engagée dans plusieurs collèges parisiens. Les familles listeraient trois ou quatre établissements par ordre de préférence. En cas de situation ex-aequo, on pourrait tirer au sort ou comparer la distance du domicile au collège."

Ce système, déjà mis en place dans le rectorat de Versailles il y a cinq ans, serait "avant tout un outil de pilotage efficace". Il fait toutefois l'objet de plusieurs critiques. Les établissements privés échapperont en effet à cet algorithme, censé favoriser la mixité sociale. "Le privé sera inclus de différentes façons, assure le ministère de l'Education nationale. On peut convenir avec lui d’objectifs de composition sociale des collèges, de stratégies de recrutement…"

Des couacs comme pour l'Affelnet des lycéens ?

Autre problème : l'algorithme utilisé pour les affectations dans les lycées parisiens, similaire à celui qui sera mis en place pour les collèges, a connu plusieurs dysfonctionnements dans l'est de la capitale. Selon Le Monde, 83% de boursiers ont ainsi été affectés dans un seul lycée, le lycée Turgot (3e arrondissement) cet été. Une nouvelle qui ne rassure pas à un an du lancement de l'Affelnet collège.

Certains enseignants estiment enfin que cet algorithme n'est pas suffisant pour venir à bout de la ségrégation sociale. "Même quand on change les règles d’affectation, la demande sociale s’adapte, les stratégies parentales évoluent dans le sens d’une reproduction de l’entre-soi, estime Thierry Ananou, du syndicat Snes-FSU-Paris. Donner à l’échelle de chaque collège les moyens à tous les élèves de réussir, c’est la seule vraie garantie d’œuvrer en faveur de la mixité."