La liste des lycées les plus demandés n'est pas un "classement de la valeur des établissements"

Francetv info a établi le palmarès des lycées parisiens les plus demandés à partir des données du système Affelnet. Ce logiciel, qui attribue aux collégiens leur place en lycée en ajustant l'offre et la demande, est-il satisfaisant ?

Des lycéens débutent l\'épreuve de philosophie du baccalauréat, le 17 juin 2010 au lycée La Fontaine, à Paris.
Des lycéens débutent l'épreuve de philosophie du baccalauréat, le 17 juin 2010 au lycée La Fontaine, à Paris. (OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP)

La Fontaine, Ecole Boulle, Janson-de-Sailly, voici les trois lycées publics parisiens les plus demandés par les familles pour la rentrée 2013. A partir des données de l'académie de Paris, francetv info a dressé le "classement" des lycées ayant le taux de pression (c'est-à-dire le nombre de demandes de premier vœu rapporté au nombre de places dans l'établissement) le plus élevé.

Pourquoi certains lycées parisiens sont-ils surdemandés et d'autres délaissés ? Le logiciel Affelnet, ce système informatisé d'affectation au lycée, qui trie les dossiers et met en concurrence les établissements (et les collégiens), fonctionne-t-il correctement pour ajuster au mieux les demandes des familles et les possibilités d'accueil des établissements ? Eléments de réponse. 

Qu'est-ce qui explique la forte attractivité de certains lycées parisiens ? 

Il y a d'abord les spécialisations, notamment artistiques. Les établissements qui proposent en 2nde ou 1ère des classes à horaires aménagés pour la musique ou la danse, comme les lycées La Fontaine (dans le 16e) ou Lamartine (dans le 9e), sont surdemandés. Mais il y a aussi des établissements qui ont un taux de pression élevé parce qu'ils sont centraux.

"De manière générale, les établissement parisiens de centre-ville sont attractifs, ceux autour des boulevards des maréchaux beaucoup moins", estime Philippe Fatras, directeur académique des services de l'Education nationale chargé du second degré, interrogé par francetv info. "Le mouvement long est au renforcement de l'attractivité de centre-ville."

Quelles sont les conséquences de ces différences d'attractivité ?

"Cela pose des difficultés pédagogiques puisqu'une partie des élèves, parfois la majorité, se retrouvent dans un lycée où ils n'avaient pas envie de venir. Mais une fois qu'ils y sont, ils y sont souvent très bien", assure Philippe Fatras.

Et de poursuivre : "Ce tableau du taux de pression sur les lycées va contribuer aux effets de rumeur. Il faut préciser qu'il ne s'agit pas ici d'un classement mais d'un constat, d'une photo au 4 juillet 2013 de la demande issue de la procédure Affelnet", qui recense dans l'ordre les vœux des collégiens de troisième.

"Ce n'est ni un classement de la valeur des lycées, ni des résultats au bac, ajoute Philippe Fatras. Il serait d'ailleurs amusant de le comparer au classement des résultats au bac ou aux classements absurdes des 'meilleurs lycées' que l'on trouve dans les journaux."

Affelnet est-il le meilleur système pour ajuster la demande et l'offre ?

Pour Véronique Titeux, chef de la division "Vie de l'élève" à l'Académie de Paris contactée par francetv info, "le produit Affelnet est remarqué au niveau mondial comme étant très efficace. Faute d'être un système parfait, c'est le moins injuste possible, explique-t-elle, puisqu'il prend en compte les notes, qui sont 'lissées' (harmonisées) au niveau parisien".

Avantage du système : le fait de retenir la notation annuelle de 3e comme paramètre est aussi un levier pour intéresser les élèves à leurs résultats scolaires, relève Véronique Titeux. "Les chefs d'établissement remarquent que les élèves deviennent  plus sérieux en 3e et font des efforts pour travailler." Affelnet favorise aussi les boursiers, qui bénéficient d'un fort bonus de points. "A titre d'exemple, le lycée Sophie Germain, dans le 4e arrondissement de Paris, compte désormais 40% de boursiers," souligne Philippe Fatras.

"Le système a affecté en juin dès le premier tour près de 12 000 élèves, dont 88% ont obtenu l'un de leurs quatre premiers vœux", note aussi Véronique Titeux. Mais elle oublie de préciser que ces vœux sont en partie contraints, puisque les élèves sont obligés (sauf exception, comme par exemple une filière artistique ou internationale) de piocher dans la liste restreinte d'établissements de leur secteur. 

Les données 2013 sont-elles utiles pour 2014 ? 

Les collégiens actuellement en 3e doivent-ils regarder de près la liste des lycées les plus demandés en 2013 ? Oui et non. Cette liste indique les établissements les plus cotés et peut être encore valable à la rentrée suivante, car tout n'est pas bousculé d'une année sur l'autre.

Mais dans le même temps, "les paramètres sont remis en cause chaque année dans le cadre d'une concertation où sont représentées les fédérations de parents d'élèves et les chefs d'établissement", précise Véronique Titeux.

Les parents parisiens seraient tout de même bien inspirés de regarder de près ces paramètres puisque l'académie de Paris, selon Véronique Titeux, "réfléchit à un système qui pourrait s'inspirer d'Affelnet pour l'affectation en sixième, même si nous n'avons pas encore pu résoudre toutes les difficultés inhérentes aux spécificités parisiennes."