Antisémitisme : "depuis le 7 octobre, il y a une ambiance que l’on sent très bien dans les établissements scolaires", indique le directeur de l’observatoire de l’éducation (Fondation Jean-Jaurès)

Publié
Durée de la vidéo : 14 min
Antisémitisme : "depuis le 7 octobre, il y a une ambiance que l’on sent très bien dans les établissements scolaires", indique le directeur de l’observatoire de l’éducation
Antisémitisme : "depuis le 7 octobre, il y a une ambiance que l’on sent très bien dans les établissements scolaires", indique le directeur de l’observatoire de l’éducation Antisémitisme : "depuis le 7 octobre, il y a une ambiance que l’on sent très bien dans les établissements scolaires", indique le directeur de l’observatoire de l’éducation (Franceinfo)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
franceinfo
Nicole Belloubet a annoncé qu’un temps d’échange sur le racisme et l’antisémitisme allait être organisé dans les écoles et les collèges. Iannis Roder, directeur de l’observatoire de l’éducation et professeur en Seine-Saint-Denis, est l’invité du 19/20 info pour réagir à l’annonce de la ministre de l’Éducation nationale.

 À la demande d’Emmanuel Macron, Nicole Belloubet, ministre de l’Éducation a écrit, jeudi 20 juin, aux directeurs d’école et de collèges pour leur demander d’organiser un temps d’échange sur le racisme et l’antisémitisme. Iannis Roder, directeur de l’observatoire de l’éducation et professeur en Seine-Saint-Denis, est présent sur le plateau du 19/20 info pour réagir à cette actualité. "D’une manière générale, il faut me faire", commence-t-il. Toutefois, il relève que "le timing n’est pas forcément le meilleur".

Des questions abordées en classe

Il rappelle, par ailleurs, que ce "n’est pas quelque chose de nouveau", puisque les professeurs ont à traiter de ces questions dans le cadre de l’éducation civique. Iannis Roder estime que ce temps d’échange est utile, car "depuis le 7 octobre, il y a une ambiance que l’on sent très bien dans les établissements scolaires".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.