Robots, trous noirs, football... Quand Stephen Hawking ramène sa science

"L'intelligence artificielle pourrait mettre fin à la race humaine", a déclaré Stephen Hawking dans un entretien à la BBC. Passage en revue de quelques dires iconoclastes de l'astrophysicien britannique.

L\'astrophysicien Stephen Hawking, le 2 décembre 2014.
L'astrophysicien Stephen Hawking, le 2 décembre 2014. (JUSTIN TALLIS / AFP)

Spécialiste d'astrophysique... et des sorties détonantes. Le Britannique Stephen Hawking s'est une nouvelle fois illustré, mardi 2 décembre, en déclarant à la BBC que "l'intelligence artificielle pourrait mettre fin à la race humaine". En clair, selon lui, le développement des robots menacerait l'homme. Rien que ça. 

Mais ce n'est pas la première fois que l'éminent scientifique anglais se fait remarquer par ses prises de position, ses visions apocalyptiques ou ses déclarations un peu narcissiques. Florilège.

Sur les robots

Avant sa dernière sortie, l'intelligence artificielle et ses conséquences pour l'humanité ont déjà inspiré à Stephen Hawking des propos alarmistes sur ce que pourrait devenir le pouvoir des robots. "Réussir à créer une intelligence artificielle serait le plus grand événement dans l’histoire de l’homme. Mais ce pourrait aussi être le dernier", a-t-il ainsi déclaré en mai.

"L'impact à court terme de l’intelligence artificielle dépend de qui la contrôle. Et, à long terme, de savoir si elle peut être tout simplement contrôlée", expliquait-il alors, prenant pour exemples les voitures sans chauffeur de Google, l'assistant numérique Siri d'Apple ou encore l'ordinateur d'IBM qui a remporté le célèbre jeu Jeopardy. 

Sur le boson de Higgs 

Toujours dans la veine apocalyptique qu'il affectionne, le savant a aussi affirmé en septembre que le boson de Higgs peut détruire l'univers"Le boson de Higgs a le potentiel inquiétant de devenir métastable à des énergies dépassant les 100 milliards de gigaélectron volt", dit-il, cité par Slate. "Cela pourrait dire que l'univers pourrait subir une désintégration du vide catastrophique, avec une bulle s'étendant à la vitesse de la lumière."

Et Hawking de conclure : "Cela pourrait se produire à tout moment et nous ne le verrions pas venir." En résumé, cette particule récemment découverte pourrait être à l'origine de la fin du monde. Une déclaration qui lui a valu de vives critiques, rappelle Slate, de la communauté scientifique qui lui reproche de faire du sensationnalisme.

Sur les trous noirs

Stephen Hawking a également suscité un débat chez ses pairs, en janvier, en affirmant que les trous noirs n'existaient pas. Même la revue Nature (en anglais) s'en est émue. "Hawking ne nie (...) ni les trous noirs eux-mêmes, ni le travail d'une vie, mais la définition classique des trous noirs, au sens de la relativité générale", explique plus précisément SlateL'astrophysicien développe simplement une nouvelle théorie sur le sujet dont il est spécialiste. Mais "cette étude ne convainc pas tous ses confrères. Pas de formule, pas d’équation, à peine deux pages de texte", relate La Recherche.

Sur le football

Mettant ses connaissances scientifiques au service des pronostics sportifs, Stephen Hawking avait prévu la défaite de l'Angleterre au Mondial 2014 après avoir analysé des équations basées sur l'influence des conditions climatiques, géographiques, psychologiques, physiques, politiques et tactiques des matchs depuis la Coupe du monde 1966. Mais il avait surtout prédit la victoire du pays hôte, le Brésil, éliminé en demi-finale par l'Allemagne, finalement sacrée championne du monde. L'erreur est humaine. 

Sur sa carrière d'acteur

Enfin, le scientifique n'est pas avare de déclarations le concernant spécifiquement. Il a ainsi avoué le 2 décembre dans une interview au magazine Wired qu'il se verrait bien jouer "le rôle de méchant dans James Bond". "Je pense que le fauteuil roulant et la voix synthétique seraient bien adaptés", argumente-t-il, cité par Le Figaro.

L'idée n'est pas si farfelue puisque, comme le rappelle le journal suisse Le Nouvelliste, Stephen Hawking a déjà été acteur. Il est apparu dans un épisode des Simpsons, il a fait un caméo dans un épisode de Star Trek, où on le voit en pleine partie de poker en compagnie d'Isaac Newton et d'Albert Einstein, et il a aussi figuré dans un épisode de la série The Big Bang Theory.