Cet article date de plus de sept ans.

Le physicien Stephen Hawking met en garde contre les risques de l'intelligence artificielle

"Prend-on assez au sérieux l’intelligence artificielle ?" se demande le scientifique, qui pointe plusieurs dangers.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le physicien Stephen Hawking lors d'une conférence de presse à Kitchener (Canada), le 20 juin 2010. (SHERYL NADLER / REUTERS)

Présente dans la science-fiction, l'intelligence artificielle pourrait menacer la science et la société elle-même. C'est le message lancé jeudi 1er mai par le célèbre physicien Stephen Hawking, dans une tribune publiée par The Independent (en anglais). L'éminent scientifique évoque la sortie de Transcendence aux Etats-Unis, un film avec Johnny Depp et Morgan Freeman qui raconte l'ascension d'un ordinateur doté d’une conscience et capable de réfléchir de manière autonome, devenant omnipotent et incontrôlable.

Et si les hommes étaient un jour dépassés par l'intelligence des machines ? "Prend-on assez au sérieux l’intelligence artificielle ?" se demande Stephen Hawking. Spécialiste des trous noirs, le chercheur prend l'exemple des voitures sans chauffeurs de Google, de l'assistant numérique Siri d'Apple ou encore de l'ordinateur d'IBM qui a remporté le célèbre jeu Jeopardy. 

"Réussir à créer une intelligence artificielle serait le plus grand événement dans l’histoire de l’homme. Mais ce pourrait aussi être le dernier", prévient Stephen Hawking. "L'impact à court terme de l’intelligence artificielle dépend de qui la contrôle. Et, à long terme, de savoir si elle peut être tout simplement contrôlée", écrit le scientifique. "On peut imaginer que telle technologie déjoue les marchés financiers, dépasse les chercheurs, manipule nos dirigeants et développe des armes dont on ne pourra pas comprendre le fonctionnement", ajoute-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers High Tech

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.