Vidéo "L'Espace d'un moment" : retrouvez le deuxième épisode de notre série exclusive avec l'astronaute française Sophie Adenot

Publié
Article rédigé par franceinfo - Marc Dana
France Télévisions
Elle est la prochaine Française à se rendre à bord de la Station spatiale internationale, pour une mission prévue en 2026.

Elle se dit "hyper heureuse". Vingt-cinq ans après Claudie Haigneré, Sophie Adenot va se rendre à bord de la Station spatiale internationale lors d'une mission prévue pour le printemps 2026, a annoncé l'Agence spatiale européenne (ESA) le 22 mai. "Je sais que cela va être deux années très intenses avant le décollage, mais je suis hyper contente", a ajouté la spationaute française auprès de franceinfo pour la série exclusive "L'Espace d'un moment".

Son planning va être chargé, davantage que lors de son entraînement de base au Centre européen des astronautes, à Cologne (Allemagne). "On passe à la vitesse supérieure notamment parce qu'il faut acquérir toutes les qualifications, des plus basiques jusqu'aux plus élaborées", remarque Sophie Adenot, qui est arrivée au début du mois de mai au centre spatial de la Nasa à Houston (Texas).

"On va commencer par la qualification sorties extravéhiculaires. C'est un bloc de cinq à six mois où on s'entraîne en piscine pour pouvoir faire les sorties extravéhiculaires après."

Sophie Adenot, astronaute française

dans "L'Espace d'un moment"

Il ne s'agit là que d'une partie de sa préparation. "On a appris qu'il y avait 15 000 procédures à maîtriser, à comprendre", pour être en mesure d'être opérationnels à bord de l'ISS, relève-t-elle. Dans les deux ans à venir, l'ancienne pilote de l'armée de l'air et de l'espace va également devoir apprendre à travailler avec les membres de son équipage et se former aux manipulations scientifiques qu'elle sera amenée à réaliser à bord de l'ISS. En effet, lors d'une mission classique de six mois dans la Station spatiale internationale, les astronautes participent à environ 200 expériences : ils doivent apprendre les bons gestes à réaliser dans leur laboratoire qui orbite à 400 km au-dessus du sol.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.