SpaceX : "Le jour où Thomas Pesquet pourra décoller de la Guyane, il se passera quelque chose en Europe", rêve le PDG d'Arianespace

"Il est certain que le vol habité est un supplément de rêve", a confié sur franceinfo Stéphane Israël, après le succès de SpaceX. "Si l'Europe faisait le même choix, d'ici la fin de la décennie, ce serait possible."

La fusée Falcon-9 de la société SpaceX a décollé du centre spatial Kennedy en Floride, le 30 mai 2020.
La fusée Falcon-9 de la société SpaceX a décollé du centre spatial Kennedy en Floride, le 30 mai 2020. (BILL INGALLS / NASA / AFP)

"Je leur dis évidemment bravo", a réagi Stéphane Israël, PDG de la société française de lancements spatiaux Arianespace, dimanche 31 mai sur franceinfo, après le succès de la société privée américaine SpaceX d'envoyer deux astronautes vers la station spatiale internationale.

>> VIDEO. SpaceX : revivez l'entrée des astronautes Bob Behnken et Doug Hurley dans la Station spatiale internationale
 
"Nous sommes dans une profession où il y a un petit nombre d'acteurs. Il y a des moments qui sont difficiles, il y a des succès. C'était hier un succès pour SpaceX, et je leur dis évidemment bravo", a reconnu Stéphane Israël. Selon lui, "ce qui est important, c'est la détermination des Américains en matière de vol habité. En réalité, ce qui s'est passé hier, c'est surtout une parenthèse de neuf ans qui s'est refermée. Neuf ans durant lesquels les Américains n'ont plus eu accès à l'espace. Et là, comme les Russes, ils ont de nouveau un accès à l'espace."
 
"SpaceX est un concurrent, il n'y a aucun doute là-dessus, assure le PDG d'Arianespace. Ce qui est intéressant, c'est son modèle économique. Le principal client de SpaceX est l'État américain. Nous, nous allons arriver avec une nouvelle fusée, Ariane 6, en 2020. Nous n'aurons pas exactement le même modèle économique. Il va falloir que nous soyons très compétitifs sur le marché, car nous ne pouvons pas nous appuyer sur la même manne institutionnelle."

Nous aurons besoin, comme Elon Musk, d'une forte mobilisation publique. Nous avons un concurrent sérieux en face de nous.Stéphane Israël, PDG d'Arianespaceà franceinfo

Concernant la volonté des Américains d'investir l’espace par des vols habités, le PDG d'Arianespace émet des doutes. "Je pense que la première priorité du moment, ce sont des satellites dont les services seront directement utiles pour les Terriens, explique-t-il. C'est pour ça que je milite pour avoir une grande constellation européenne de satellites qui vont pouvoir lutter contre la fracture numérique. Mais il est certain que le vol habité est un supplément de rêve."

Stéphane Israël le reconnaît, "le jour où Thomas Pesquet pourra décoller de la Guyane à bord d'une Ariane6, il se passera quelque chose en Europe. Rien n'est impossible. Le programme spatial habité américain est reparti en 2012. Huit ans après, il y a eu ce vol habité SpaceX. Si l'Europe faisait le même choix, d'ici la fin de la décennie, ce serait possible."