Alzheimer : la Martinique se mobilise pour les malades

Le nombre de cas d'Alzheimer est inquiétant en Martinique, au sein d'une population qui est vieillissante. Une unité d'hébergement renforcée traite les cas plus graves grâce à la disponibilité des soignants.

C'est un rituel pour les infirmiers : passer d'un bâtiment à l'autre. En Martinique, le personnel soignant est confronté à une certaine réalité : perte de la mémoire, panique, démence, silence. Les résidents sont à un stade très avancé de la maladie d'Alzheimer. "Certains vont comprendre assez rapidement, de temps en temps, d'autres vont mettre un certain temps à pouvoir faire certaines choses qu'on leur demande", affirme Diana Dalin, aide médico-psychologique.

Présents 24h/24

Dans l'espace appelé "unité d'hébergement renforcée", la thérapie consiste à vivre au rythme du patient, le jour comme la nuit. Tous les résidents sont atteints de maladies neuro-dégénératives. "On est là pour eux, s'ils veulent se lever à minuit, on les lève à minuit. S'ils veulent se coucher à 7 heures, on les couche à 7 heures, le personnel est là pour eux", souligne une infirmière. Dans un tel contexte, le personnel soignant a conscience que les diplômes sont moins importants que le grand cœur et la disponibilité. La Martinique compte chaque année plus de 500 nouveaux cas d'Alzheimer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Prise en charge des malades en Martinique.
Prise en charge des malades en Martinique. (FRANCEINFO)