L'hôpital face à la 5e vague de Covid-19 : à Bobigny, la solidarité entre soignants pour tenir le choc

Avec la propagation du variant Omicron, de plus en plus de soignants sont contaminés et arrêtés. Des collègues ont renoncé à leurs vacances pour les remplacer, malgré la fatigue psychologique.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une soignante s'occupe d'un malade dans le service de réanimation de l'hôpital Avicenne de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, le 8 février 2021 (Image d'illustration). (BERTRAND GUAY / AFP)

À l'hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le Dr Julien Schmidt attend avec fébrilité le résultat de son test PCR. "Je tousse un peu, je ne suis pas très inquiet mais mes collègues ne sont pas rassurés", décrit-il. Si son test se révèle positif, il devra quitter son poste, le temps de l'isolement obligatoire. Or il est censé être de garde durant le week-end de la Saint-Sylvestre. Il craint de "faire peser une forte charge de travail supplémentaire sur les épaules de [ses] collègues, qui sont aussi des amis. Et je n'ai pas envie que ça arrive."

>> À lire aussi : "L'hôpital croule sous une charge de travail monstrueuse"


Alors que le nombre de patients en réanimation a dépassé les 3 300 le 27 décembre, un record depuis la fin mai, la propagation exponentielle du variant Omicron touche aussi les soignants. À l'hôpital Avicenne, deux des collègues du Dr Schmidt ont été testés positifs et sont cloîtrés chez eux.

Rappelée sept fois en trois semaines

Volontaire, Samira Chekaf, infirmière, a décidé de renoncer à une partie de ses vacances, pour remplacer une de ses consoeurs en arrêt pour Covid. Elle avait pourtant posé une semaine de vacances, pour être avec sa fille. "Mais vu qu'il manque du monde, j'avais prévenu que je pouvais revenir", explique-t-elle.

De même, Serap Bagci avait pris trois semaines de vacances, qu'elle prévoyait de passer tranquillement, chez elle. Elle a déjà été rappelée sept fois par l'hôpital pour des remplacements, pour lesquels elle est payée en heures supplémentaires majorées. "Je n'ai pas coupé du tout", résume l'infirmière.

"Psychologiquement, je ne suis pas du tout reposée. Ça fait deux ans qu'on est dans le Covid, et heureusement qu'il y a une bonne ambiance, parce que sinon, ç'aurait été très compliqué."

Serap Bagci, infirmière à l'hôpital Avicenne de Bobigny

à franceinfo

C'est grâce à l'entraide au sein du service que Samira Chekaf estime tenir le coup. "On trouve des moments pour rigoler", glisse-t-elle, "c'est obligatoire ! S'il n'y avait pas les gens qui sont là aujourd'hui, je pense que je ne serais pas restée."

L'ambiance de travail est fondamentale pour que tout le monde soit sur le pont, et puisse affronter la cinquième vague du Covid qui s'amplifie. Tout le monde est dans le même bateau, celui des volontaires "médecins, infirmiers, aides-soignants", décrit le Pr Yves Cohen, chef de la réanimation à l'hôpital, rappelant que dans ce type de service, "s'il n'y a pas de cohésion d'équipe, ça ne peut pas marcher."

Le repas de Noël au sein du service a d'ailleurs été maintenu, mais modifié. Il a lieu en plusieurs fois, et par groupes de six au maximum. 

À l'hôpital Avicenne de Bobigny, on tient grâce à l'ambiance, et l'entraide - Reportage de Solenne Le Hen
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Variant Omicron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.