Infographies Covid-19 : où en sont nos voisins européens face au boom des contaminations ? Le point sur les chiffres et les mesures prises

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Des passants dans une rue d'Amsterdam, le 19 décembre 2021, premier jour du confinement décidé par les autorités des Pays-Bas et qui doit durer jusqu'au 14 janvier 2022 au moins. (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO)

Confrontés à la menace du variant Omicron, les pays européens prennent, au fil des semaines, des nouvelles mesures de restriction. Franceinfo fait le point sur la situation sanitaire et sur la réglementation au Royaume-Uni, au Danemark, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Portugal.

Le Vieux Continent se remet en ordre de bataille. Face à la progression fulgurante du nouveau variant Omicron du Sars-CoV-2, les Etats européens ressortent un arsenal de restrictions pour endiguer la progression du virus. Port du masque, confinement, couvre-feu, fermetures des bars et des restaurants sont autant de mesures déjà vues lors des précédentes vagues, qui font leur retour en cette fin d'année 2021.

>> Covid-19 : suivez l'évolution de la pandémie dans notre direct

L'objectif est partout le même : retourner les courbes des nouvelles contaminations, qui atteignent des niveaux encore jamais observés depuis le début de la pandémie. Alors qu'en France, l'exécutif, qui a fait des annonces lundi 27 décembre, se refuse toujours à jouer les cartes du couvre-feu et du confinement, Franceinfo fait le point sur la situation chez nos voisins européens.

Au Royaume-Uni, une explosion des cas

La situation sanitaire. Parmi les premiers pays touchés par l'arrivée du variant Omicron en Europe, les Britanniques sont confrontés à une explosion des contaminations. Le 24 décembre, la moyenne des nouveaux cas sur sept jours est passée au-dessus du palier symbolique de 100 000. Mais c'est surtout la situation à l'hôpital que le Premier ministre, Boris Johnson, surveille attentivement. Deux études britanniques publiées le 22 décembre se veulent rassurantes. Elles montrent un risque d'hospitalisation plus faible avec le nouveau variant. Les autorités craignent malgré tout une forte pression sur les hôpitaux, compte tenu du nombre particulièrement élevé des contaminations.

Les mesures de restriction. En Angleterre, Boris Jonhson temporise, alors que son propre camp conservateur est fermement opposé à toute nouvelle restriction. Le Premier ministre n'a annoncé aucune mesure supplémentaire en plus de celles déjà en place : télétravail recommandé, pass sanitaire et obligation du port du masque dans certains lieux. L'Ecosse, le pays de Galles et l'Irlande du Nord ne l'ont pas suivi. Ces trois nations ont pris de nouvelles mesures, telles que la fermeture des boîtes de nuit et l'instauration de jauges pour les événements publics.

Au Danemark, des contaminations jamais vues

La situation sanitaire. Le royaume scandinave est submergé par la prolifération du variant Omicron. Dans ce pays de 5,8 millions d'habitants, le nombre moyen de nouveaux cas par jour a dépassé la barre symbolique des 10 000 depuis le 21 décembre. D'après les derniers relevés, publiés avant Noël, cet indicateur avait atteint le chiffre record de plus de 12 000 contaminations quotidiennes en moyenne. Avant cet hiver, le Danemark n'avait jamais connu un tel niveau de circulation du Covid-19. A titre de comparaison, en décembre 2020, le pic des contaminations avait à peine dépassé 3 500 nouveaux cas par jour en moyenne.

Les mesures de restriction. Face à cette vague massive, le Danemark multiplie les restrictions depuis la mi-décembre. Outre la fermeture des théâtres, cinémas et salles de concert, le royaume impose également aux bars et aux restaurants de baisser le rideau entre 23 heures et 5 heures. Un pass sanitaire est nécessaire dans la plupart des lieux publics. Par ailleurs, depuis lundi, les voyageurs qui souhaitent entrer dans le pays doivent présenter un test PCR négatif, même s'ils sont vaccinés.

En Allemagne, une tendance à la baisse en attendant Omicron

La situation sanitaire. Longtemps davantage épargnée que ses voisins par les différentes vagues qui font frappé l'Europe, l'Allemagne a été rattrapée par la pandémie de Covid-19 au mois de novembre. Le pic épidémique a été atteint le 28 novembre, avec un nombre de cas moyen par jour qui a frôlé la barre symbolique des 60 000. Depuis le début du mois de décembre, la tendance est à la baisse. Mais les autorités restent particulièrement vigilantes, dans un pays où seulement 70% de la population a reçu un schéma vaccinal complet. L'arrivée du variant Omicron inquiète particulièrement les scientifiques du pays.

Les mesures de restriction. Depuis de début du mois de décembre, les tests négatifs ne suffisent plus pour accéder aux lieux recevant du public. Un nouveau régime, dit "2G+", pour "geimpfte" et "genesene" ("vacciné" ou "rétabli"), encadre l'accès aux commerces, aux bars et aux restaurants ainsi qu'aux lieux culturels et sportifs.

>> Un pass vaccinal et un test négatif : qu'est-ce que la règle allemande "2G+" ?

Par ailleurs, à compter de mardi, les rassemblements sont limités à 10 personnes pour les vaccinés et à deux personnes pour les non-vaccinés. Les clubs et les discothèques sont fermés et les compétitions sportives doivent se dérouler à huis clos.

Les Pays-Bas, le seul pays reconfiné

La situation sanitaire. Après avoir connu une flambée des contaminations au mois de novembre, les Pays-Bas connaissent actuellement une décrue tout aussi rapide. Chaque jour, 12 000 nouveaux cas en moyenne sont actuellement recensés dans le pays de près de 18 millions d'habitants, soit presque deux fois moins qu'au pic observé fin novembre (près de 22 000 contaminations par jour).

Les mesures sanitaires. Les Pays-Bas sont actuellement le seul pays reconfiné en Europe, depuis le 19 décembre et jusqu'au 14 janvier au moins. Le pays avait également été l'un des premiers à prendre des mesures fortes pour contenir la circulation du Covid-19. Un confinement partiel avait été décidé dès le 13 novembre. Les citoyens néerlandais avaient alors été appelés à ne pas recevoir plus de quatre personnes chez eux et les commerces dits "essentiels", les bars et les restaurants avaient ordre de fermer avant 20 heures.

Au Portugal, Omicron prend le dessus

La situation sanitaire. Le Portugal connaît une explosion des contaminations au Covid-19 depuis le début des vacances de Noël. En une semaine, entre le 19 et le 24 décembre, le nombre moyen de nouveaux cas a bondi de plus de 4 400 par jour, à près de 7 200. Dans ce pays de 10 millions d'habitants, où le taux de vaccination est l'un des plus élevés au monde (près de 90%), Omicron est désormais dominant. Le 22 décembre, le nouveau variant représentait plus de 60% des tests positifs.

Les mesures sanitaires. Pour contenir la circulation du Covid-19, le Portugal a adopté une série de nouvelles mesures de contrôle de l'épidémie. Les bars et les discothèques sont fermés, le télétravail est obligatoire et des tests négatifs doivent être présentés pour assister à un spectacle ou à un événement sportif.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Variant Omicron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.