Un pass vaccinal et un test négatif : qu'est-ce que la règle allemande "2G+" que le gouvernement français étudie ?

En Allemagne comme en Suisse ou en Autriche, la présentation d'un test négatif au Covid-19, en plus d'un schéma vaccinal complet, est nécessaire pour accéder à certains lieux publics.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un cinéma à Francfort (Allemagne) applique le système 2G+ pour accueillir des spectateurs, le 12 décembre 2021. (FRANK RUMPENHORST / DPA / AFP)

L'exécutif veut durcir l'arsenal législatif pour contrer la flambée des cas de Covid-19. Le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire sera adopté lundi 27 décembre en Conseil des ministres, avant d'être examiné mercredi en commission à l'Assemblée nationale. Le texte, qui doit entrer en vigueur d'ici au 15 janvier, prévoit l'instauration d'un pass vaccinal. Mais face à la propagation du contagieux variant Omicron, le gouvernement se réserve aussi la possibilité d'exiger un test négatif en plus de la vaccination pour accéder à certains lieux.

Une version préliminaire du projet de loi, que franceinfo a pu consulter, mentionne en effet l'hypothèse de fixer par décret les cas "dans lesquels l'intérêt de la santé publique et l'état de la situation sanitaire (...) imposent un cumul de justificatifs". Si le modèle de pass vaccinal renforcé n'est pour l'heure qu'une piste en France, il est déjà connu de nos voisins germanophones sous le nom de régime "2G+"Franceinfo vous explique comment ce système fonctionne à l'étranger.

Un test négatif en plus de la vaccination ou d'un certificat de rétablissement du Covid-19

La règle 2G+ est notamment appliquée en Allemagne, en Autriche ou encore en Suisse. Le "G" fait référence à "geimpft", qui signifie "vacciné" en allemand, ou "genesen" pour "rétabli". Pour accéder aux lieux classés 2G, il est nécessaire de présenter la preuve d'un schéma vaccinal complet ou un certificat de rétablissement du Covid-19.

Pour les lieux classés 2G+, l'accès est limité aux seules personnes vaccinées ou guéries, et qui possèdent en plus un justificatif de test négatif récent. En Allemagne, il doit s'agir d'un test antigénique de moins de 24 heures ou d'un test PCR de moins de 48 heures, comme l'explique le Centre fédéral d'éducation à la santé. Les personnes qui ont reçu une dose de rappel n'ont en revanche pas à présenter un test supplémentaire pour accéder à ces lieux.

La catégorie 2G+ est la plus restrictive de ce système de classification puisqu'elle exige de remplir deux critères. Ainsi, en Allemagne, certains lieux sont simplement répertoriés 3G, pour "geimpft, getestet, genesen" ("vacciné, testé, rétabli") : ils sont accessibles sur présentation soit d'un schéma vaccinal complet, soit d'un certificat de rétablissement du Covid-19, soit d'un test négatif (antigénique de moins de 24 heures ou PCR de moins de 48 heures).  

Imposé notamment dans les discothèques suisses et à la frontière autrichienne

En Allemagne, les conditions d'accès aux lieux publics sont susceptibles de varier d'un Land à l'autre. "Dans certaines régions, les services d'hôtellerie ainsi que d'autres types de prestataires (transports, musées, cinémas, restaurants, bars, etc.) sont libres de choisir le type de passe sanitaire (3G ou passe sanitaire restreint 2G ou 2G+) qu'ils veulent appliquer dans leur établissement", mentionne la page de conseils aux voyageurs du ministère des Affaires étrangères. En Bavière, par exemple, la règle 2G+ est en vigueur pour accéder aux théâtres, opéras, salles de concert, cinémas, musées et foires, détaille la région sur son site (en allemand).

En Suisse, l'accès aux discothèques est soumis depuis le 20 décembre au système 2G+. "Lorsqu'il n'est possible ni de porter le masque ni de consommer assis, l'accès sera réservé aux personnes vaccinées ou guéries pouvant en outre présenter un résultat de test négatif", écrit le Conseil fédéral. Les personnes vaccinées ou guéries depuis moins de quatre mois sont toutefois exemptées de l'obligation de se faire dépister. Les personnes qui ont reçu une injection de rappel ne sont pas non plus concernées. Par ailleurs, "les entreprises et les organisateurs de manifestations soumis à la règle des 2G peuvent décider d'appliquer la règle des 2G+ pour pouvoir renoncer à l'obligation de porter le masque et de consommer assis", ajoute le Conseil fédéral.

En Autriche, le régime 2G+ s'applique aux frontières. Un certificat de guérison ou de schéma vaccinal complet, ainsi qu'un résultat négatif de test PCR, sont nécessaires pour se rendre sur le sol autrichien, rapporte l'ambassade de France en Autriche. Pour les voyageurs en provenance d'un pays "où l'incidence de l'infection est faible ou moyenne", comme la France, une dose de rappel dispense de présenter une preuve de dépistage récent.

Un système qui se répand face à la propagation du variant Omicron

En Suisse, la mise en place du système 2G+ a été décidée en raison "de la contagiosité du variant Omicron", explique le Conseil fédéral. D'autant qu'"on ne connaît pas encore les éventuelles complications dans le cas d'une infection avec le variant Omicron, ni le degré de protection des personnes immunisées contre ces complications", ajoute l'organe exécutif suisse. De son côté, l'Autriche a appliqué ce régime à ses frontières depuis le 20 décembre "afin de freiner la propagation [du variant] Omicron", souligne l'ambassade de France en Autriche.

C'est également pour faire face à la poussée de ce nouveau variant que le Luxembourg a à son tour adopté la règle 2G+. Depuis samedi 25 décembre, l'accès aux cafés et restaurants est soumis à la réalisation d'un test sur place, en plus de la vaccination, détaille Le Quotidien. Les clients qui ont reçu un rappel vaccinal ne sont pas concernés. "Nous avons décidé d'agir de manière préventive pour éviter un tsunami d'infections courant janvier", a justifié le Premier ministre Xavier Bettel devant le Parlement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Variant Omicron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.