Covid-19 : retour des jauges, télétravail "obligatoire", délai pour la dose de rappel... Ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement

L'exécutif a annoncé, lundi, plusieurs mesures pour faire face à la cinquième vague de l'épidémie, alors que le variant Omicron s'avère extrêmement contagieux. Le cap des 100 000 cas enregistrés en 24 heures a été franchi samedi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Des Parisiens se font dépister au Covid-19 dans une tente installée dans une rue de la capitale, le 2 décembre 2021. (MAGALI COHEN / HANS LUCAS / AFP)

Un record absolu. En France, la barre des 100 000 cas quotidiens de contamination au Covid-19 a été franchie samedi 25 décembre, un chiffre jamais vu depuis le début de l'épidémie. Pour tenter d'atténuer les effets de la cinquième vague, un conseil de défense sanitaire s'est tenu lundi 27 décembre dans l'après-midi. A sa sortie, le Premier ministre, Jean Castex, et le ministre de la Santé, Olivier Véran, ont tenu une conférence de presse pour expliquer les différentes mesures adoptées par le gouvernement. "La situation est extrêmement tendue", a prévenu le chef du gouvernement. Voici ce qu'il faut retenir de leurs annonces.

Pas de couvre-feu pour la Saint-Sylvestre et rentrée scolaire maintenue

Pour le soir du 31 décembre, il n'y aura pas de couvre-feu mis en place pour réduire les rassemblements privés, alors que les feux d'artifice et la consommation d'alcool seront interdits sur la voie publique. Toutes les cérémonies de voeux prévues en janvier sont par ailleurs annulées, a également annoncé Jean Castex, avant de préciser qu'un conseil de défense se tiendrait le 5 janvier, "pour refaire le point" sur la situation sanitaire au sortir des vacances scolaires.

Concernant la rentrée scolaire du 3 janvier, "nous ne reporterons pas la rentrée, a déclaré le Premier ministre, et les cours ne sont pas basculés en distanciel". Les enfants reprendront donc bien le chemin de l'école lundi. "Nous assumons de sanctuariser l'école", a également affirmé Olivier Véran, tout en soulignant qu'il pouvait y avoir des cas graves chez les enfants. Actuellement, "190 enfants sont hospitalisés et 35 en réanimation", a-t-il expliqué.

Les grands rassemblements en intérieur et en extérieur limités

Le Premier ministre a annoncé un retour des jauges pour les grands événements. Cette jauge est fixée à 2 000 personnes pour les événements en intérieur et de 5 000 personnes pour les événements en extérieur. Les concerts debout sont également interdits, a précisé Jean Castex.

Les grands rassemblements sont désormais limités à 2 000 personnes en extérieur et 5 000 en intérieur,

De nouvelles règles dans les bars, les cinémas, les équipements sportifs et les transports collectifs

Dans les cafés et les bars, la consommation debout sera interdite à compter du lundi 3 janvier, et ce, pour trois semaines. Par ailleurs, il sera désormais interdit de boire ou de manger dans les salles de spectacle et les transports, a également fait savoir le Premier ministre. "La consommation de boissons et d'aliments sera interdite dans tous les cinémas, théâtres, les équipements sportifs et les transports collectifs, y compris longue distance. La consommation dans les bars et les cafés ne pourra plus se faire debout mais seulement de manière assise", a déclaré Jean Castex.

Le délai pour la dose de rappel vaccinal réduit à trois mois

"La vaccination reste au cœur de notre stratégie, a déclaré Jean Castex. Elle prémunit contre les formes graves de la Covid-19" et donc contre "les risques d'hospitalisation".  Il a ajouté qu'il suffirait désormais, dès mardi, "de trois mois" après une vaccination complète – deuxième injection ou après avoir eu le Covid – pour pouvoir bénéficier d'une dose de rappel. Ce délai était jusque-là de quatre mois. 

"Il suffira de trois mois" après une deuxième injection de vaccin pour bénéficier d'une dose de rappel, annonce Jean Castex

Des sanctions accrues contre les faux pass sanitaires

"Le gouvernement prévoit un accroissement des sanctions pour les faux pass sanitaires", a averti le Premier ministre, qui a utilisé des mots durs face à cette pratique. "C'est beaucoup plus qu'un contournement de la loi républicaine [...] c'est un acte délibéré de mise en danger d'autrui", a martelé le chef du gouvernement. 

Par ailleurs, le Conseil des ministres a adopté lundi un projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal. "Dans les lieux où ce pass s'applique depuis plusieurs mois (…) il faudra justifier d'être vacciné pour pouvoir entrer", a rappelé Jean Castex. Une règle qui s'appliquera "à compter du 15 janvier" si elle est adoptée au Parlement. Il est prévu dans ce projet de loi de relever l'échelle des sanctions applicables en cas de fraude au pass, "en permettant aux personnes chargées d'en contrôler la présentation de vérifier, en cas de doute, l'identité de leur détenteur". Le Premier ministre a ainsi confirmé que les gérants des établissements recevant du public (ERP) auront la possibilité d'effectuer ces contrôles d'identité, si le projet de loi est adopté.

Le retour du port du masque à l'extérieur dans les centres-villes

Sans apporter davantage de précisions sur la date d'application de la mesure, Jean Castex a annoncé que le port du masque pourrait devenir obligatoire "dans tous les centres-villes". "Les préfets adopteront les dispositions correspondantes en lien avec les maires", a déclaré le Premier ministre.

Pas de changement, pour l'instant, sur les règles concernant les cas contacts

Jean Castex et Olivier Véran n'ont pas annoncé de mesures d'allégement pour la durée d'isolement des cas contacts dans l'immédiat. Le gouvernement fera part de sa décision à la fin de la semaine. "Nous avons saisi le Haut Conseil de la santé publique qui émettra des recommandations cette fin de semaine, probablement d'ailleurs le 31 décembre, en vue d'alléger les conditions d'isolement des cas contacts", a précisé le ministre de la Santé. Actuellement, si l'on est cas contact d'une personne susceptible d'avoir été contaminée avec le variant Omicron, il faut s'isoler pour une durée de sept jours (ou 17 jours si l'on partage le domicile de la personne contaminée), comme le précise le site Ameli de la Sécurité sociale.

Le télétravail "obligatoire" trois jours par semaine quand c'est possible

A partir du 3 janvier, et pour trois semaines, le recours au télétravail "trois jours minimum" par semaine, quatre quand c'est possible, sera rendu obligatoire "dans toutes les entreprises et pour tous les salariés pour lesquels cela est possible", a annoncé le chef du gouvernement.

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, mènera mardi une concertation avec les partenaires sociaux à ce sujet, a ajouté Jean Castex.

L'état d'urgence prolongé en Martinique et déclaré sur l'île de La Réunion 

L'état d'urgence sanitaire va être déclaré sur l'île de La Réunion et être prolongé en Martinique. Les parlementaires vont en effet être invités à proroger l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 mars 2022 en Martinique et à le déclarer jusqu'à la même date à La Réunion, étant précisé "qu'en cas de déclaration de l'état d'urgence sanitaire dans une autre collectivité ultra-marine avant le 1er mars 2022, cet état d'urgence s'appliquera également jusqu'au 31 mars 2022".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.