Vrai ou fake Vaccins contre le Covid-19 : Jean Castex a-t-il raison d'affirmer que les personnes ayant reçu deux doses "n'ont plus de chance d'attraper la maladie" ?

Même si les vaccins protègent à plus de 90% contre les formes graves de la maladie, ils n'empêchent pas d'être contaminé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Jean Castex, le Premier ministre, sur le plateau du journal de 13 heures de TF1, le 21 juillet 2021. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Avec le déploiement progressif du pass sanitaire, certaines contraintes sont allégées pour les personnes vaccinées contre le Covid-19. Le Premier ministre Jean Castex a ainsi annoncé, mercredi 13 juillet, sur TF1, qu'elles ne seraient plus considérées comme "cas contact". Le chef du gouvernement a rappelé "que les personnes qui ont deux doses" devaient jusqu'ici s'isoler "lorsqu'elles croisaient une personne qui était contaminée". Or, a-t-il poursuivi, "les analyses faites sur ces personnes montrent qu'en réalité elles n'ont plus de chance d'attraper la maladie". Mais cette affirmation du Premier ministre semble un peu hâtive. Ou du moins réductrice.

Sur quoi sont fondés les propos de Jean Castex ? Impossible de le savoir : les services de Matignon, du ministère de la Santé et de la direction générale de la santé (DGS) n'ont pas répondu aux demandes de précisions de franceinfo.

L'influence du variant Delta en question

Une chose est certaine : les vaccins protègent principalement des formes graves de la maladie et des hospitalisations. Concernant les produits homologués par l'Agence européenne des médicaments, le vaccin de Pfizer-BioNTech est considéré comme efficace à 95% contre les formes graves (en anglais), celui de Moderna à 94,1% sur les formes symptomatiques (en anglais) et celui d'AstraZeneca à 76% contre les formes symptomatiques également. Enfin, le groupe Johnson & Johnson, dont le vaccin ne nécessite qu'une seule dose, a annoncé une efficacité à 85% pour empêcher les formes graves.

>> Les vaccins de Pfizer-BioNTech et d'AstraZeneca sont-ils efficaces contre le variant Delta ?

D'autres études, plus récentes, ont confirmé que recevoir deux doses de vaccin s'avérait efficace pour prévenir les formes graves et les hospitalisations, même contre le variant Delta, devenu majoritaire en France. Deux doses du vaccin de Pfizer-BioNTech protègent ainsi à 88% des formes symptomatiques liées au variant initialement identifié en Inde, selon une étude publiée le 21 juillet dans la revue New England Journal of Medicine (en anglais). Pour le vaccin d'AstraZeneca, après deux doses, la protection contre les formes symptomatiques après avoir été infecté par cette même souche du virus s'élève à 67%.

Un risque d'être infecté bien moindre

Mais outre la protection contre les formes graves et les formes symptomatiques, la vaccination réduit aussi la possibilité même d'être infecté, comme l'a rapporté franceinfo au début du mois de juillet. Selon une grande étude israélienne (en anglais) menée en février sur 1,2 million de patients, les "preuves d'infection" (détectées par les tests PCR) diminuent de 92%. Et une personne complètement vaccinée présente jusqu'à dix fois moins de risques d'être infectée, précisent les auteurs. Ce qui ne signifie donc pas qu'elle n'a "plus de chance d'attraper la maladie", comme l'a affirmé Jean Castex. La virologue Marie-Paule Kieny, présidente du comité scientifique sur les vaccins Covid-19, le confirme à franceinfo.

"Les personnes pleinement vaccinées peuvent malgré tout être infectées, surtout avec le variant Delta qui est beaucoup plus infectieux. Cela dit, le risque infectieux est très faible, et en général l'infection est peu grave."

Marie-Paule Kieny, présidente du comité scientifique sur les vaccins Covid-19 France

à franceinfo

>> #OnVousRépond : tout savoir sur les vaccins contre le Covid-19

De nombreux cas de contaminations au Covid-19 malgré un schéma vaccinal complet sont constatés. Dans une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), évoquée de façon approximative mercredi par le Premier ministre, 6% des cas positifs avaient reçu deux doses. Un chiffre à prendre avec précaution, car en France les personnes qui se font tester sont surtout celles qui ne sont pas vaccinées. Aux Etats-Unis, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont publié, en mai, un rapport (en anglais) sur les infections de personnes pleinement vaccinées. L'étude a fait état de 10 262 cas parmi les personnes vaccinées entre le 1er janvier et le 30 avril, alors que le pays comptait environ 101 millions de personnes totalement vaccinées à la fin du mois d'avril.

En réalité, la possibilité d'être infecté en dépit d'une vaccination complète est si attendue que franceinfo avait également montré, début juillet, qu'il ne fallait pas s'étonner que les vaccinés représentent une part croissante des nouveaux cas de Covid-19.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.