Lutte contre le Covid-19 : "Le seul frein qui marche ce sont de vrais confinements, comme celui de mars-avril", selon le maire de Metz

François Grosdidier estime que prendre des mesures au niveau national "n'a pas de sens" et appelle à accélerer la vaccination.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Grosdidier, maire de Metz, le 9 mai 2019. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

L'extension du couvre-feu dans certains départements "ne sert à rien" pour lutter contre le Covid-19, a déclaré ce jeudi sur franceinfo François Grosdidier, maire de Metz, alors que Jean Castex doit s'exprimer lors d'une conférence de presse sur la situation sanitaire. "Le seul frein qui marche ce sont de vrais confinements, comme celui de mars-avril", a-t-il insisté.

>> Suivez notre direct sur la pandémie de Covid-19.

Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a estimé qu'il faudra "discuter de mesures plus lourdes" la semaine prochaine "pour éviter une extension de l'épidémie". "Si les services d'urgence sont encore en capacité d'accueillir, on attend rapidement les vaccins ou alors nos services sont à saturation et à ce moment-là il faut appuyer sur le frein, le seul qui marche, le confinement", a affirmé François Grosdidier.

"Les demi-mesures qui tuent certaines catégories socioprofessionnelles et qui servent juste à donner bonne conscience, il faut arrêter."

François Grosdidier, maire de Metz

à franceinfo

Prendre des mesures au niveau national "ça n'a pas de sens", selon François Grosdidier. "Il faut avancer beaucoup plus vite sur la vaccination. Ce n'est pas normal qu'on soit aussi en retard sur nos voisins au Luxembourg et en Allemagne et que notre région, plus frappée que d'autres, ne soit pas prioritaire sur les vaccinations."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.